Téléphoner à une entreprise : Comment faire mouche ?

Que faire lorsque l’on est contacté par une entreprise alors que nous ne sommes absolument pas dans la situation de faire un entretien ? Que l’on soit serré dans le bus, en train de faire son footing ou encore dans son lit, ce sont les mêmes questions qui nous assaillent : Qu’est ce que je vais dire ? Comment me comporter au téléphone avec un recruteur ? Comment réussir à gérer son environnement pour être à 100% dans l’entretien ? Avec l’essor des nouvelles technologies, la plupart des recrutements aujourd’hui passent au moins par un contact téléphonique ou internet (skype) avec les recruteurs ; beaucoup d’étudiants et de diplômés se sont retrouvés dans cette situation. Le téléphone n’est plus seulement un outil de loisir, il doit être désormais appréhendé comme un maillon de la chaîne du recrutement à part entière. Voici quelques astuces qui vous permettront de faire la différence lors d’un entretien téléphonique.

Ne pas négliger la préparation

telephone Cela peut paraître évident, mais l’entretien téléphonique doit être préparé de la même manière qu’un entretien en face à face. La préparation doit porter sur le fond, mais aussi sur la forme. Réfléchissez à ce que vous allez dire mais également comment vous allez le dire. N’hésitez pas à coucher vos idées sur papier afin d’élaborer une trame directrice des sujets que vous souhaitez aborder pendant la conversation. Ayant lieu au téléphone, vous pouvez évidemment garder vos notes avec vous pendant l’entretien, ce qui vous assurera de ne rien oublier. Répétez devant un miroir, à voix haute et n’hésitez pas à vous enregistrer avec un dictaphone : s’entendre parler permet d’identifier rapidement un langage trop familier et d’extérioriser son discours : il y a une grande différence entre penser quelque chose et le dire.

Etat des lieux

attente d'un appel Il y a deux possibilités : soit le recruteur vous a donné un horaire pour qu’il vous appelle, soit c’est vous qui devez l’appeler. Dans les deux cas, assurez vous d’avoir soigneusement pris note de l’heure à laquelle vous devez vous contacter (attention au décalage horaire si vous êtes à l’étranger). Il vous faudra ensuite analyser votre environnement. Choisissez un endroit où personne ne vous dérangera, où vous n’aurez aucune distraction. Il n’y a rien de plus désagréable que de téléphoner à quelqu’un de distrait ou d’entendre un bruit de fond pendant la conversation. Par ailleurs, si vous êtes de ceux qui font les cent pas au téléphone, asseyez-vous pour l’entretien : l’appréhension ajoutée à vos allers et retours incessants vous feront perdre votre souffle et vous donnerez l’impression d’être en grande situation de stress. Veillez à être disponible à l’heure dite et concentré à 100%. Si jamais vous avez un empêchement, il est de bon gout de prévenir le recruteur. Dans le cas d’un appel « surprise », je vous conseille de ne pas commencer l’entretien si vous êtes dans la rue ou dans un lieu qui ne s’y prête pas : il n’est absolument pas mal vu de proposer de rappeler dans un quart d’heure car vous êtes actuellement indisponible. Au contraire, cela montre que vous respectez votre interlocuteur et que vous donnez de l’importance à cet entretien.

Donner le ton

zen Ça y est, le téléphone sonne. Inspirez à fond, assurez vous d’être détendu mais toujours sérieux et calme. Ne parlez pas trop vite, ne vous précipitez pas. Faites des pauses entre vos phrases afin de reprendre votre souffle. Pensez à bien articuler car rappelez-vous que votre interlocuteur ne vous voit pas, il faut donc qu’il comprenne vos phrases et ce que vous voulez dire. Il faut donc être clair et concis. Privilégiez les phrases courtes et allez droit au but. Il s’agit généralement d’un entretien préalable à une véritable rencontre, gardez les détails de vos expériences pour plus tard. Dites-en assez pour attiser la curiosité du recruteur et vous rendre intéressant, afin qu’il souhaite vous revoir. Aidez-vous de vos notes, mais ne les lisez pas à voix haute, le ton monocorde de la lecture est trop identifiable. Pour finir, sachez que le sourire s’entend au téléphone, alors, n’en soyez pas avare, mais restez dans la modération, il s’agit quand même de garder son sérieux et son professionnalisme.

S'adapter à son interlocuteur

Tout est question d’adaptation. C’est vous le candidat, c’est à vous de vous adapter au recruteur et à son « humeur » : n’ayez pas l’air trop détendu si vous voyez qu’il est sec et fermé. À l’inverse, si vous voyez qu’il est accessible et que l’entretien se déroule sur le ton de la conversation, vous pouvez vous permettre de relâcher un peu la pression. S.O.S bafouillage et lapsus : Ne paniquez pas, cela arrive à tout le monde, surtout lorsqu’on s’exprime devant un public. Faites une pause un court instant, respirez profondément. N’oubliez pas de vous « excuser » poliment auprès du recruteur (il s’agit plus d’une marque de respect que de véritables excuses). Reprenez ensuite votre phrase.

Finir en beauté

Merci Attention à ne surtout pas bâcler votre sortie. Dans un premier temps, attendez que le recruteur fasse le premier pas. Il vous fera normalement une synthèse de l’utilité de cet entretien et vous expliquera les détails de la suite du processus de recrutement. Dans un second temps, remerciez-le d’avoir pris le temps de réaliser cet entretien et de vous avoir écouté. N’hésitez pas à le questionner si vous avez des interrogations concernant l’entreprise, le délai de réponse, les modalités d’un éventuel deuxième entretien, etc. N’oubliez pas de préciser que vous restez joignable si besoin est. Vous voici à présent paré pour un entretien téléphonique avec une entreprise. Après tous ces conseils, rappelez-vous que la meilleure chose à faire est de rester vous-même ; n’essayez pas de surjouer ou de mentir. Soyez naturel, courtois, respectueux, professionnel et surtout préparé. À vos téléphones !