FutBak by SportBak : l'outil innovant pour évaluer sa performance en football

FutBak by SportBak : l'outil innovant pour évaluer sa performance en football

Nous avons interviewé SportBak, la start-up qui va révolutionner les sports collectifs amateurs ! Les deux co-fondateurs, Benjamin Simeoni et Gabriel Cohen, ont lancé un outil technologique, appelé Futbak, permettant d'établir tes statistiques après un match de football. Les longs débats entre amis pour savoir qui a le mieux joué seront désormais alimentés de chiffres précis, comme chez les pros !

Hello Benjamin et Gabriel, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs en quelques lignes ?

Hello Wizbii, Gabriel et moi-même sommes amis depuis que nous avons 3 ans et nous avons grandi ensemble. Nous avons tous les deux fait des études d’ingénieur, Gabriel est spécialisé en microélectronique et moi en modélisation mathématique, la parfaite complémentarité pour ce projet. Gabriel a travaillé en tant que chargé de projet en électronique, dans des boîtes comme Gemalto, SunPartner Technologies, STMicroElectronics, tandis que pour ma part j’étais en finance de marché à concevoir des modèles mathématiques pour une grande banque d’investissement française.

Pouvez-vous nous expliquer plus en détails le concept FutBak ? Quels sont les avantages liés à son utilisation ?

Alors avant toute chose, nous avons créé SportBak il y a deux ans dans le but de permettre à tous les  sportifs amateurs de sports collectifs d’avoir accès au même niveau de statistiques que les sportifs professionnels. Nous avons tous été envahis par plein d’objets connectés consacrés aux sports individuels comme le running, la natation, l’équitation, le golf, mais quasiment rien pour les sports collectifs. Et comme nous n’aimons pas l’injustice…(rire), nous avons créé FutBak un premier produit pour les joueurs de foot. FutBak, c’est un ballon connecté et une chevillière connectée portée par chaque joueur de foot. Pendant le match on récolte toutes les informations de jeu. Et à la fin du match on fait marcher nos algorithmes et on affiche toutes les statistiques de jeu sur un pupitre tactile et sur une appli mobile. Les avantages ? Pouvoir enfin se comparer réellement à Ronaldo ?

 Quelle est la cible ? Et pourquoi a-t-elle besoin de FutBak ?

Alors, il faut savoir que nous sommes en BtoB. La cible en termes de business c’est les complexes de foot en salle. En matière d’utilisation ce sont les joueurs de football en salle, qui sont d’ailleurs plus nombreux que les joueurs licenciés en France : 2,2 millions pour le foot en salle versus 2 millions pour les joueurs licenciés. C’est notre premier marché car c’est un marché que nous connaissons personnellement.

Le foot en salle s’est développé très vite en France depuis une quinzaine d’années et est aujourd’hui arrivé à saturation avec des offres très peu différenciées d’un complexe à un autre.

L’arrivée de la data et des statistiques est un énorme enjeu pour eux aujourd’hui. Et côté utilisateurs, les joueurs de foot sont très compétiteurs, ils ont besoin et envie de pouvoir se comparer les uns aux autres, pouvoir s’améliorer. Il y a une véritable attente de statistiques pour pouvoir s’analyser comme on analyse déjà les joueurs pros.

Combien de personnes utilisent FutBak ?

Aujourd’hui, nous avons fini le développement de FutBak et avons concrétisé notre première levée de fonds qui va nous permettre de passer en production. Un complexe est équipé de FutBak dans le sud de la France. C’est notre complexe partenaire dans lequel nous avons fait tous nos tests et avons pu nous confronter à l’expérience utilisateurs pour calibrer notre produit aux attentes du marché. Pour équiper d’autres centres nous attendons de finir la production.

Comment cette brillante idée vous est-elle venue ? Quelles ont été vos sources d’inspiration ?

Nous pratiquons le foot en salle depuis le début de son émergence en France et en tant que joueurs nous avions toujours une énorme frustration à la fin des matchs. C’était toujours les mêmes qui se mettaient en avant, pensaient être les meilleurs. À les entendre ils seraient tous meilleurs que Ronaldo alors qu’en fait…ils ont été hyper personnels sur le terrain. On avait envie de recadrer les choses et donner enfin aux joueurs des arguments pour se comparer objectivement, comme les pros !

Quel est votre business model ?

Nous sommes donc en BtoB auprès des complexes de foot en salle. Nous leur mettons à disposition un pack capteurs FutBak + ballons + pupitre tactile pour moins de 200 euros par mois. Et pour chaque match joué par les joueurs, nous récupérons des fees. Libre au complexe d’augmenter le tarif de 1 ou 2 euros par joueur sur les terrains équipés de la technologie FutBak. Il faut savoir qu’aujourd’hui, un joueur paie de 8 à 10 euros pour une heure de jeu.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans un projet entrepreneurial ?

Je crois que nous étions tous les deux arrivés à un moment de nos carrières où nous avions besoin de renouveau, de plus de challenge. Nous avions fait le tour de nos emplois respectifs et se lancer dans un projet entrepreneurial avec son ami d’enfance aux compétences totalement complémentaires pour ce projet a été extrêmement rassurant et motivant. Au final c’est souvent une question de timing.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées au lancement de FutBak ?

Pour être honnête, nous n’avons pas réellement rencontré de grosses difficultés pour le moment. Nous avons bien été accompagnés depuis le début. Ce qui a pris le plus de temps c’est de boucler notre première levée de fonds. Il y a eu beaucoup de pitchs, beaucoup de négociation, et le choix des investisseurs est crucial car nous avons privilégié le smart money.

Quelles sont les prochaines étapes pour SportBak ?

Les prochaines étapes c’est la commercialisation active de FutBak permise grâce à la levée de fonds, puis l’export à l’international, notamment l’Angleterre, l’Allemagne et les États-Unis et ensuite la duplication aux autres sports collectifs. Tout d’abord le basket, puis le volleyball et le handball.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui voudraient se lancer dans un projet entrepreneurial pour les aider ?

Il faut avoir confiance en soi et en son idée. Personne n’est mieux placé que vous pour croire en votre projet. Lorsque l’on veut se lancer dans une telle aventure il ne faut pas chercher à « ne prendre aucun risque ». Il faut suivre son instinct tout en prenant le temps de bien analyser son marché cible, bien calibrer son produit, bien estimer les fonds nécessaires à sa réalisation. Une fois que c’est fait, si on estime que le projet est viable alors parlez-en à votre famille, vos amis, trouvez des contacts d’amis, ou d’amis d’amis, appelez-les, prenez leurs avis, puis foncez ! L’entrepreneuriat c’est avant tout une question de rencontres.

Merci la team SportBak ! Nous vous souhaitons plein de bonnes choses pour la suite ! Découvrez le site web de Sportbak