Comment postuler à un emploi alors que l'on est encore en poste ? - La Ruche par WizbiiEn poste, vous avez envie de renouveau professionnel, vous êtes prêt pour d'autres challenges mais vous n'osez pas franchir le pas ? Sachez qu'il est plus facile de trouver un nouvel emploi lorsque vous en avez déjà un... On fait le point.
Bannière d'un article

Comment postuler à un emploi alors que l'on est encore en poste ?

Manque de perspectives d’évolution dans votre travail, vous aspirez au changement ? Les nouveaux challenges c’est votre dada, mais vous avez peur de ne pas pouvoir allier tout ça avec vos recherches ? Alors cet article est fait pour vous. Soyez les bienvenu(e)s dans l’antre de la recherche d’emploi mêlée à un emploi actuel.

Être en poste lorsqu’on recherche un emploi : un avantage considérable

On croirait à un mensonge tissé de toutes pièces, mais non. La vérité est là : les recruteurs raffolent des candidats déjà en poste. Entre deux personnes à compétences égales, les entreprises préféreront (presque) toujours se tourner vers le choix de celui ou celle qui aura déjà un emploi, contrairement au candidat au chômage. Et ça pour des raisons assez logiques, au final.

Le plus souvent, pour une entreprise, un candidat qui a déjà un travail sera plus à l’aise lors de l'entretien. Moins d’enjeux, moins de précipitation, moins de stress, et donc possiblement meilleur lors du face à face crucial. Et d’un autre côté, une personne sans emploi amène plus de questionnements vis-à-vis de l’entreprises recruteuse. "Pourquoi n’a-t-il/elle pas d’emploi ? A-t-il/elle eut un conflit avec son employeur ? Est-il/elle capable de vraiment s’intégrer dans une équipe ?", etc, etc. Vous connaissez la rengaine. L’entreprise va simplement chercher à justifier la période de chômage

Le mot d’ordre : la discrétion

Si vous êtes déjà en poste dans une entreprise, évitez d’en faire une affaire d’état auprès de vos collègues et de laisser courir le mot de votre éventuel départ. Ça ne regarde que vous pour le moment. Et puisque vous êtes en poste, et le besoin de temps libre se faisant ressentir, il faudra certainement que vous postuliez sur vos heures de travail. Idem pour les entretiens, il faudra probablement poser des jours pour vous y rendre, à moins que vous ayez un emploi du temps flexible, auquel cas, profitez-en.

Pour des raisons de discrétions évidentes, n’utilisez pas votre ordinateur de bureau. Il est destiné uniquement à vos activités professionnelles en lien avec votre poste actuel. En revanche, vous pouvez mettre vos documents relatifs à votre quête d’emploi dans un dossier classé "personnel". Votre boss n’est légalement pas autorisé à fouiller vos effets personnels.

L’organisation : la clé de la réussite

Si vous avez décidé de postuler pendant vos horaires de travail, préparez en revanche tout en amont, ce sera un gain de temps considérable et vous pourrez vous consacrer à votre boulot lors de vos horaires de bureau sans culpabilité aucune. CV, lettre de motivation, entreprise cible… Tout doit être prêt au préalable pour un gain de temps, ma foi, fort appréciable.

Préparez aussi votre mental d’acier à un emploi du temps vraisemblablement chargé. Ça va être dense et intense. 

Faites aussi usage de votre bon sens. Règle numero uno : ne pas donner sa démission avant une promesse d’embauche ferme d’un employeur.

Le réseau et l’e-réputation : le coup de pouce que tout le monde attendait

Les recruteurs sont de plus en plus enclins à utiliser les réseaux sociaux pour recruter de nouveaux talents. Faire jouer son réseau Linkedin, par exemple, est une excellente carte à jouer. N’hésitez pas non plus à analyser chaque recoin de vos profils publics Facebook ou Instagram, mieux vaut prévenir que guérir. De nos jours, apparaître lorsque l’on tape son nom sur Google n’est plus vraiment anodin. La e-réputation a sa véritable importance.

Évitez également de mettre sur votre profil Linkedin que vous êtes en "recherche active". Vos employeurs actuels peuvent avoir l’œil qui traîne. Et puis, qu'on se le dise, les recruteurs n’hésitent plus à contacter les personnes qui les intéressent, même si celles-ci sont déjà engagées ailleurs. C’est la loi du meilleur qui s'applique.

Dernier conseil : compter sur son réseau, c’est bien, mais faire jouer ses relations, même lors de rendez-vous professionnels avec des fournisseurs ou autres, c’est encore mieux. Attention, jouez-le subtilement. Faites-leur comprendre que vous êtes ouvert(e)s aux possibilités, certains sauront vous trouver la place que vous méritez. Ça s’appelle la cooptation : l’art de permettre à un employé d’une entreprise d’obtenir une prime s’il contribue à l’embauche d’un nouveau talent dans cette même société. À ne pas négliger.

On ne va pas vous le cacher, cette sorte de double vie peut s’avérer hargneuse, mais cette période trouble se transformera bien assez tôt en chemin fleuri d’un nouveau poste conçu rien que pour vous.

rédigé par :

Marion Epinette

le 14 mars 2019

Media image

Articles recommandés

image

18 juin, Marion Epinette

18 juin 2019,

Marion Epinette

Allons-nous vers une féminisation des noms de métiers ?

Depuis (presque) toujours, la grande majorité des noms de métiers sont uniquement masculins. Dans un souci d’équité des sexes l’Académie française affirme vouloir féminiser les noms de métiers.

image

12 juin, Marion Epinette

12 juin 2019

Comment passer son BAFA et en quoi cela consiste ?

Intéressé(e) de passer le BAFA et de vous occuper de plus jeunes que vous ? Voici toutes les infos dont vous avez besoin.

image

11 juin 2019

Métiers de demain : Quels sont ces nouveaux métiers et peut-on prévoir leur apparition ?

Avec l’accélération du développement numérique et de l’intelligence artificielle, de nouveaux métiers vont faire leur apparition, d'autres vont disparaître. Découvrez les études réalisées à ce sujet.

Derniers articles