De l’hôtellerie à la communication : comment valoriser un parcours atypique ?

De l’hôtellerie à la communication : comment valoriser un parcours atypique ?

Comme beaucoup d’entre vous, depuis tout gamin j’ai des rêves plein la tête ! Seulement... ce n'est pas toujours facile de savoir ce que l’on veut vraiment quand il faut choisir sa voie pendant les études. Mais une chose est sûre : chaque expérience, chaque métier apporte un plus à ton parcours et à la personne que tu es !

De la pâtisserie à la communication : Un parcours bien mouvementé 

Jusqu’à mes 12 ans, j’allais de temps en temps voir le voisin boulanger qui travaillait la nuit dans un tout petit village de 300 personnes. J'aspirais à devenir chef pâtissier aux Etats-Unis…oh le rêve américain

Histoire de s’enrichir de matières « étranges » à mes yeux (qui sont la comptabilité, la gestion, etc.), j’ai commencé par passer un baccalauréat technique d’hôtellerie-restauration qui se rapprochait le plus du métier manuel dont je rêvais (car j’étais trop jeune aux yeux de ma mère pour partir en apprentissage…merci Maman !).

Ensuite place à la pratique : direction le CFA (Centre de formation des Apprentis) pour un CAP/BEP de pâtissier chocolatier confiseur glacier puis une année supplémentaire de spécialisation chocolatier le tout en alternance chez un pâtissier-chocolatier au cœur des volcans d’Auvergne.

1er job décroché au soleil à Montpellier chez un grand pâtissier mais…au bout de 6 mois, je n’avais toujours pas mes Etats-Unis ! Porte claquée, billet acheté, Let’s Go for two weeks !

Retour en France, et déterminé à retourner plus longtemps aux USA, c’est au bout de 6 mois que je décroche un Contrat de travail J1 pour travailler dans un restaurant gastronomique de la banlieue de Washington DC ! Et c’est reparti pour 365 jours de bonheur ! Ce fut une année riche en apprentissage sur tous les plans : la langue, la culture, le métier, les traditions, les rencontres, etc.

Parcours atypique

Retour en France et à nouveau cette question : Qu’est ce que je veux faire vraiment ? Etats-Unis : Check ! mais… j’aspire à autre chose comme métier et je suis bien dans le Sud aussi !

Go ! C'est parti pour une formation de commercial de 11 mois en Centre AFPA. Le côté « commercial » me paraissait important quelque soit le métier que l’on fait… mais aussi dans la vie de tous les jours (et je confirme !).

Nouveau job de commercial décroché dans une PME de 49 salariés… mais au bout de 6 mois : fini le terrain, pourquoi ne pas tester le travail de sédentaire dans cette même société ?

La société Igual a su me faire confiance et a misé sur ma polyvalence… et un an plus tard, j’intégrais un nouveau poste totalement inconnu pour moi : Chargé de marketing & communication ! À ce stade, tout était validé par une cellule « marketing » interne, basée sur du volontariat à raison de quelques heures par mois et les créa gérées par une agence de communication. Mon adhésion à ce groupe et ma motivation ont dû jouer un rôle !

Pas évident de prendre un poste sans aucune connaissance malgré l’accompagnement de la directrice des ventes, mais rien n’est impossible, la preuve 3 années plus tard ;-)

Aujourd’hui, plus déterminé que jamais, j’effectue en moyenne une formation par an pour me perfectionner sur des pistes précises.  

Quel sera mon futur ? La suite dans quelques années…

Voici mes conseils

  • Chaque métier est porteur de qualités que tu dois mettre en avant lorsque tu recherches ta voie. "Tu n’es pas du métier ... "En effet, mais je sais ce que je veux et ce que je peux vous apporter, je ne postule pas par hasard. »
  • Ne jamais baisser les bras, mais se remettre en question à chaque fois : qu’est ce qui n’a pas marché ? qu’est ce qu’il/elle a apprécié ? Que dois-je améliorer ? Il faut creuser et rebondir !
  • Le « réseau » est une source importante d’informations
  • Être en veille à 360°
  • Si tu es honnête envers toi-même sur tes qualités et motivations et que tu ne postules pas par dépit, tu peux être certain de tes valeurs et de ce que tu vas apporter à la société qui recherche un candidat… Alors fonce ! ;-) 

Pour conclure

Je terminerai par le fait qu’avoir un parcours atypique ou être en train de se le « créer » : c’est une force qui se traduit par les mots suivants : adaptabilité, polyvalence, esprit ouvert et curieux, force de proposition et force d’apprentissage

Ne serait-ce pas des qualités importantes aux yeux des entreprises ? Plutôt qu’une voie riche en diplômes d’un même domaine mais trop vide de toute autre expérience ?