Comment rassurer un recruteur que vous allez améliorer votre niveau d'anglais - La Ruche par WizbiiEn entretien d'embauche, quels sont les bons arguments pour convaincre le recruteur que votre niveau anglais ne sera pas un problème ?
Bannière d'un article

Comment rassurer un recruteur sur l'amélioration de votre niveau d'anglais

Vous arrivez vers la fin de votre entretien. La partie en anglais s’est passée plus ou moins….disons que ça s’est passé. Vous le savez, votre niveau d’anglais ne suit pas toujours vos ambitions internationales. Ce poste est quand même l’opportunité parfaite et vous ne voulez pas le rater. Faites le nécessaire donc pour rassurer le recruteur, avant qu’il ne laisse se glisser doucement vers la poubelle votre CV.

Admettez que vous devez améliorer votre niveau

Quand vous voyez que le recruteur doute de votre niveau, il vaut mieux prendre l’initiative et le rassurer que vous en êtes conscient. Il n’y a pas de honte à avoir si on a un niveau plus faible que l’on voudrait. En avouant votre faiblesse, vous montrez que vous vous connaissez, que vous êtes capable d’identifier vos axes de progression et les accepter. Rien de pire qu’un candidat qui bricole 3 mots d’anglais à peine et qui a l’air tout content, pensant avoir bien géré le passage dans la langue de Shakespeare.

Faites quelque chose !

C’est une chose d’admettre ses faiblesses, c’en est une autre de réagir. Le recruteur sera rassuré de voir que vous êtes conscient de vos lacunes, mais encore plus important, il veut savoir comment vous comptez les remédier. Si vous savez que votre niveau d’anglais sera un point noir dans un entretien, préparez en amont un programme d’entrainement en anglais à présenter au recruteur. Bien sûr, il faut que vous ayez réellement l’intention de mettre en place ce programme, et pas uniquement sur la condition que l’entreprise vous paie des cours. 

Idéalement, il faudra commencer votre plan d’entrainement bien avant l’entretien, pour pouvoir montrer au recruteur ce que vous faites déjà. Des actions entreprises par le passé sont beaucoup plus parlantes que des “Je vais faire…”.

Des options à foison

Ce ne sont pas les options qui manquent pour (re)mettre votre niveau d’anglais à la hauteur exigée par le poste. Si votre anglais est simplement “rouillé” par manque de pratique, un séjour d’une semaine ou deux en immersion avec des cours peuvent réactiver vos connaissances. En effet, on ne perd pas vraiment des acquis, mais il faut les réveiller si ça fait 3 ans que vous n’avez pas vraiment fait de l’anglais (et non, regarder des séries en V.O. ne compte pas). Profitez de votre période de recherche d’emploi pour faire un séjour en immersion si vous pouvez. Les moyens financiers et les obligations familiales vous obligent à rester dans votre pays ? Internet fait qu’il est possible d’être quasiment en immersion chez soi. Pour l’écoute, pensez à CNN, à la BBC, aux podcasts ou aux livres audio. Pour la compréhension écrite, des journaux, des blogs en anglais, des livres…  

Pour la pratique à l’oral, le minimum est de trouver un partenaire de conversation, sur italki, par exemple et pratiquer régulièrement avec lui. Pour une préparation plus ciblée et rapide, prenez des cours ou du coaching individuel. Certes, c’est un investissement, mais au moins vous êtes sûr de pouvoir montrer au recruteur que vous pouvez communiquer en anglais dans des situations professionnelles. Après tout, c’est ce qu’il va vous demander. Par contre, ne comptez pas l’impressionner avec un programme fondé sur DuoLingo + films en anglais + votre participation dans des forums en anglais sur des jeux vidéo. Ce sera un peu comme dire à un entraineur olympique “Pour me préparer pour la compétition ? Je fais 30 minutes de marche à pied 2 fois par semaine.”

Il n’y a pas de secret, il va falloir travailler

Soyez prêt à travailler votre anglais - 2 à 3 heures par jour s’il le faut - en suivant un programme ciblé, avec des objectifs et des moyens de mesurer votre progression. Un bon coach sera surtout utile pour cette partie, pour vous guider et vous aider à rester concentré sur l’essentiel. Avec toutes les ressources qui sont à notre disposition, on se perd facilement et on peut vite se trouver à faire beaucoup d’anglais sans voir des résultats. D’où l’importance de réfléchir à un programme avant votre entretien, de le mettre en place et de montrer au recruteur les progrès que vous avez faits par le passé, en le rassurant qu’en continuant ainsi, votre niveau s’améliorera.

Finalement, n’oubliez pas que vous avez plein d’autres qualités et que, sauf si vous postulez pour devenir traducteur, votre niveau d’anglais est un critère parmi plein d’autres. Mettez vos talents en avant et rassurez le recruteur que vous êtes conscient de vos faiblesses, mais montrez lui bien que vous êtes sur le bon chemin pour les transformer en forces rapidement.  

 

Pour progresser en anglais, retrouvez Christina sur Speak English with Christina TV.

rédigé par :

Christina Rebuffet

le 13 février 2017

Media image

Articles recommandés

image

23 août, Maryam Orion

23 août 2019,

Maryam Orion

5 astuces pour ne pas déprimer quand tous vos collègues sont en vacances

Comment éviter la déprime vous travaillez mais vos collègues sont en vacances ? Voici nos conseils pour relativiser et voir du bon oeil les solutions qui rendent cette période agréable !

image

01 août, Maryam Orion

01 août 2019

Découvrez l'interview de Tez Cadey, un jeune DJ français mondialement connu !

Vous avez certainement déjà dansé sur un des titres du jeune DJ Tez Cadey, découvrez un témoignage sur son parcours et sa passion pour la musique !

image

31 juil., Sophie Lebel

31 juil. 2019

CAP Petite enfance : quelles opportunités d'emplois pour travailler auprès des enfants ?

Passer le CAP petite enfance : quelles carrières possibles ? Assistante maternelle, éducateur, auxiliaire de puériculture... De nombreuses possibilités s'offrent à vous !

Derniers articles