"Le Choc des générations" : Décrypter le comportement de la Génération Y

J’ai eu l’occasion d’assister à la première édition des HR SPEAKS qui s'est déroulée en Novembre dernier au Palais des Congrès de Paris et je voulais revenir sur l'une des interventions que nous avons eu la chance de voir. Cette dernière était assurée par Carol Allain, conférencier canadien spécialisé dans le thème de la Génération Y, et notamment, sur le conflit de générations qui pourrait avoir lieu. Faisant moi-même partie de cette Génération Y, j’avoue m’être parfois posé la question de savoir si finalement cette notion n’était pas une bulle plus qu’autre chose. Je dois admettre que Carol Allain m’a vraiment fait changer d’avis sur la question. Il a illustré par une prestation très intéressante l’écart qu'il pouvait y avoir entre les différentes générations. Par un habile jeu de scène avec des chaises qui représentaient chacune une génération, il les écartait de plus en plus selon les problématiques abordées, pour ensuite énoncer les répercussions que cela peut entraîner. En tout, c’est cinq chaises qu’il met en scène. Mais la rupture la plus marquante est celle entre la Génération dite X et la Génération Y.

Carol Allain

Revenons sur les différents thèmes abordés.

Le rapport au temps

Les « anciennes générations » montrent une patience qui nous serait difficilement concevable à nous, Génération Y, si l'on pense à des choses qui nous semblent maintenant basiques comme la recherche d’information ou encore la communication avec quelqu’un. Aujourd’hui, si on veut entrer en interaction avec une autre personne, on lui envoie un texto, on l’appelle, on le skype, on le poke… Avant, tout cela n’était pas possible. Les générations précédentes ont été habituées pendant des années (plus longtemps que nous en tout cas) aux courriers physiques. Le propos n’est pas de juger si c’est bien ou mal mais de constater un fait. Il faut savoir que la Génération Y est fatiguée de naissance et est habituée à ce que les choses arrivent rapidement notamment par le biais de supports tels qu'Internet, la télévision ou les médias sociaux : la Génération Y est la génération qui zappe. Cela ne veut pas dire qu’elle ne s’intéresse à rien, au contraire, elle choisit l’information qu’elle veut avoir.

Les Valeurs

Elles ne sont plus les mêmes du tout. La Génération Y ne suit plus vraiment le Travail, Famille, Patrie. Si la Génération Y doit partir pendant deux ans à l’étranger, majoritairement elle le fera sans problème. Si le travail se trouve à l'étranger, elle acceptera également de s’expatrier.

La Formation

Avant, on se formait car cela insinuait qu'on allait faire partie de la population intellectuelle. Maintenant, on se forme car nous avons en tête les répercussions positives que cela peut avoir pour nous. On ne se forme pas pour se former, on se forme car cela a un sens pour nous et que cela va pouvoir nous servir par la suite.

La communication

Je l'ai évoqué plus haut, mais la Génération Y n’utilise plus les mêmes canaux de communication. N’importe quel individu de la Génération Y aura une facilité à se servir d’une technologie nouvelle. Pour ma part, je ne me suis jamais servi d’une notice en utilisant un objet électronique et je ne pense pas être le seul. La Génération Y communique dans l’instantané, elle ne communique plus avec des délais car elle n’a pas envie d’attendre, attendre représente une perte de temps.

La reconnaissance

Cette dernière n’est pas perçue de la même manière par les différentes générations. La Génération Y veut que cela se voit, elle veut que l’on reconnaisse son travail. On peut alors constater une véritable « rupture » entre les différentes générations et on dénotera un besoin d’adaptation de la part des entreprises, car les nouvelles générations ne fonctionnent plus sur le même modèle. La Génération Y n’a pas peur de bouger, c’est même ce qu’elle souhaite et c’est pourquoi beaucoup d’écoles proposent des stages à l’étranger, ce qui était inconcevable il y a quelques années années. Les entreprises devront alors s’adapter, au risque de perdre cette Génération Y qui arrive massivement sur le marché du travail. Cette génération veut que l’on respecte son mode de fonctionnement et elle partira si ce dernier ne lui convient pas. Ce serait dommage pour les entreprises, car la Génération Y a un sens de l’implication beaucoup plus fort. Elle veut que son travail soit reconnu car elle veut que son travail ait du sens. Elle veut comprendre pourquoi elle travaille et l’impact que son travail va avoir sur le groupe et sur l’entreprise. Sa détermination est également plus grande. Sans compter que, il faut bien le rappeler, les experts actuels dans les entreprises en ce qui concerne les nouvelles technologies sont les Y. Le monde est ouvert à la Génération Y, tout lui est accessible et elle sait comment obtenir la bonne information. Rajouter à cela une forte implication et une connaissance de sa valeur et de ce qu’elle veut. Imaginons les potentialités immenses qui pourraient se produire pour plus tard si les entreprises travaillent mains dans la main avec les Y au lieu d’être réfractaires comme on peut le voir dans certaines entreprises.