Mon année de césure en Espagne avec Erasmus m’a transformée !

Mon année de césure en Espagne avec Erasmus m’a transformée !

Anaïs est diplômée d’un M1 en management stratégique et conseil à Dauphine et nous raconte comment son expérience Erasmus à Madrid a transformé sa vie, et l’a aidée à mûrir son projet professionnel.

Dis-nous Anaïs, pourquoi as-tu choisi de partir une année avec Erasmus et dans quel cadre cela s’inscrivait ce choix ?

Je venais de terminer ma deuxième année de DEGEAD (Diplôme d’établissement de gestion et d’économie appliquée de Dauphine) à Dauphine, je trouvais ces deux années très théoriques, et j’avais besoin « d’aller voir ailleurs », de bouger, de découvrir une autre façon de travailler. Erasmus m’offrait cette opportunité la, et Dauphine proposait dans mon cursus, de faire ma3ème année à l’étranger. J’ai donc saisi l’opportunité. coaching orientation bilan carriere con-seil etudes etudiants jeunes professionnel reorientation reconversion professionnelle marche-de-noel-plaza-mayor Quelles ont été les démarches que tu as dû faire?

Je savais dès le début de ma 1ère année à Dauphine que je voulais partir. Donc j’ai préparé mon dossier en janvier/février de ma deuxième année. J’ai choisi la zone hispanophone car je pouvais partir un an en choisissant cette zone alors que les autres, c’était 6 mois. J’étais aussi très à l’aise en espagnol, et attirée par les pays Hispanophones. J’ai ensuite choisi Madrid car cela me laissait le temps de rentrer en fin d’année pr préparer mes éventuels rattrapages. En plus, Je connaissais bien la ville pour y être allée plusieurs fois, et je savais que je pouvais m’y plaire pour un Erasmus. Je n’ai pas regretté ce choix ! J’ai ensuite recherché par moi-même les facs qui pouvaient être les plus intéressantes, parmi les facs partenaires de Dauphine. Il fallait vraiment qu’on se débrouille et se fasse notre propre idée tout n’en étant pas sur place…Et puis j’ai finalement choisi d’intégrer la Complutense de Madrid, qui était la mieux classée. coaching orientation carriere preparation etudiants jeune professionnels conseil bilan universidad-de-la-complutense Tu pars ensuite en septembre, et c’est un peu l’aventure. Raconte-nous !

Mon année a duré de septembre à juin. Je devais choisir moi-même mes cours qui se rapprochaient des cours que nous aurions dû avoir à Dauphine. J’ai fait le choix de prendre tous mes cours en espagnol pour vraiment m’intégrer avec les élèves de la fac. Il y a avait des cours en Anglais essentiellement composés d’élèves Erasmus. Je trouvais ça un peu dommage d’aller dans ces classes. On avait beaucoup de cours mais les cours étaient assez light et on devait approfondir par nous-mêmes. Je ne me débrouillais pas trop mal en espagnol. Cela m’a bien aidé ! J’étais en colocation avec un Suisse, un colombien, un allemand et un espagnol. J’étais dans un quartier étudiant espagnol, au nord de la ville, et un peu en dehors de la zone centrique de la ville où la majorité des Erasmus vivent. J’avais le souci de m’intégrer pleinement dans la vie locale. J’ai d’ailleurs rejoint une équipe de rugby ! Cette expérience a été super, elle m’a permis de m’ouvrir sur le monde et d’acquérir une certaine autonomie aussi. Et puis il a fallu rentrer et préparer la suite. Pas facile !

J’ai un peu tâtonné sur mon orientation.

J’hésitais sur le choix de mon master, j’hésitais aussi à quitter Dauphine et puis finalement le M1 management général auquel je pensais, était complet. J’ai finalement choisi le M1 management stratégique et conseil qui m’a bien plu à ma grande surprise. Ma vie était bien différente de mon année à Madrid, j’ai dû me réadapter à être chez mes parents, j’avais énormément de travail mais j’étais stimulée par mon master. Dans cette période de transition pas facile après une vie si différente, j’aurais peut-être attendu d’être accompagnée mais je suis finalement pas si mal rebondie. coaching orientation carriere preparation etudiants jeune professionnels conseil bilan accompagnement etudiants carriere lyceens etudes jeunes diplomes recherche emploi Cela fait maintenant 1 an et demi que tu es revenue. Avec le recul que t’a apporté cette expérience ?

Cette expérience m’a apporté clairement une ouverture sur le monde, une certaine autonomie aussi. J’ai dû évoluer dans une ville que je ne connaissais pas, m’intégrer, prendre mes marques. J’ai pu me rendre compte aussi que j’étais dans une bonne fac, alors que j’avais plutôt une mauvaise image en y étant. Mon échange Erasmus m’a aussi permis d’avoir plus confiance en moi que ce soit au niveau des cours et de ma façon d’être. On apprend à s’affirmer, à surtout à bien s’entourer. Les amis en Erasmus c’est un peu comme sa nouvelle famille. Ce qui est certain c’est que j’ai pu prendre du recul sur l’importance des études. J’ai vu des étudiants qui avaient des parcours complètement atypiques et qui se mettaient beaucoup moins la pression. En France, on vous oriente vers des voies d’excellence. Et un ami espagnol, m’a ouvert les yeux en me disant : « mais comment peut-on choisir une orientation quand on n’a pas vécu avant… » Je suis clairement aujourd’hui beaucoup plus détendue dans la vie ! coaching orientation carriere preparation etudiants jeune professionnels conseil bilan vue-sur-gran-via-depuis-la-terrasse-du-circulo-de-belas-artes

Aujourd’hui que fais-tu et quelles sont tes perspectives ?

Avant d’embrayer sur mon M2, j’ai décidé de faire une année de césure pour découvrir le monde professionnel et enrichir mes expériences. En première partie de césure, j’ai réalisé un stage de 6 mois dans une banque. Depuis début Décembre, j’ai décidé de prendre un peu de temps pour moi et de monter un projet qui me tient à cœur. Je souhaitais avoir une expérience entrepreneuriale et j’avais un projet dans le prêt à porter. Cela me permet aussi de bien choisir mon M2 et de travailler sur mon orientation. Je pense que je souhaite poursuivre dans la gestion de projets et trouver un stage de 6 mois au cours de mon M2 dans un pays anglophone. Mon expérience d’Erasmus m’a permis de savoir que je veux travailler à l’international. J’ai besoin d’affiner un peu plus mon projet professionnel avant de présenter ma candidature à des entreprises anglophones.  

Merci Anais, bonne chance pour la suite !