La génération Y, le recrutement et Twitter : de nouvelles pratiques ? Témoignage

La génération Y, le recrutement et Twitter : de nouvelles pratiques ? Témoignage
Aujourd’hui, le recrutement sur les réseaux sociaux est de plus en plus pratiqué. C’est en découvrant le témoignage de Louisiane que Myriam Menneteau a eu envie de faire un retour d’expérience sur l’accès à son premier emploi.  myriam Le “recrutement innovant”, je suis un peu tombée dedans... et j’ai ainsi décroché un CDI en or sur Twitter.

Génération Y et travail, késako ?

Je fais partie de la génération Y. Vous savez, celle qui est pleine de curiosité, d’envie et n’a pas froid aux yeux. Celle qui est engagée et veut un travail stimulant. Celle qui a de plus en plus de difficultés à trouver le bon job, parce que le marché est saturé. Pour être recruté, si on pensait le recrutement différemment ? la generation-y au travail Le monde du travail évolue avec les générations. Entre les start-up naissantes de plus en plus nombreuses, les espaces de co-working qui se remplissent, les forums pour l’emploi qui rivalisent d’ingéniosité pour trouver la perle rare… il est temps que le recrutement prenne aussi un coup de jeune. Recruteurs et jeunes diplômés ont besoin de se rencontrer… et pourquoi pas via ces outils que sont les réseaux sociaux ? Il est certain que cela dépend aussi du milieu dans lequel on est, mais globalement, les possibilités s’étendent de plus en plus. Et si vous êtes, comme moi, communicants, être sur Twitter fait partie du b.a.-ba.

Et si on laissait à Twitter sa chance ?

Je vais m’attarder sur notre ami l’oiseau bleu. A côté des réseaux sociaux professionnels, Twitter est une icône du micro-blogging qui permet de communiquer instantanément sur la toile en 140 caractères. L’information va vite et dans tous les sens, mais c’est aussi une véritable mine d’informations. Les entreprises communiquent de plus en plus sur la plate-forme, tandis que recruteurs et jeunes diplômés font de la veille. Qu’arriverait-il s’ils partaient en chasse ? Twitter nous permet de relayer les actualités qui nous intéressent, diffuser des photos… Finalement, il nous reflète - dans une certaine mesure -, et peut nous permettre de nous démarquer. Histoire de vous prouver la puissance de Twitter, je vais vous raconter une histoire, mon histoire. trouver emploi twitter

Un CDI sur Twitter ?!

Imaginez la réaction de mes proches lorsque j’ai annoncé que j’avais un job, et que le contact s’était établi sur Twitter… pourtant ! Jeune diplômée, je commençais ma recherche d’emploi et découvrais un tweet de Sogilis, une entreprise grenobloise de développement logiciel. En me renseignant sur la société, j’ai eu un véritable coup de coeur. En général, ce sont les développeurs intéressés par Sogilis qui la contactent afin d’être recrutés. Dans mon cas, l’idée a été de présenter le poste de communicant via Twitter, car il s’agissait d’un métier pas encore représenté au sein de l’entreprise. A ce moment-là, je ne connaissais pas ce domaine, mais j’avais envie d’apprendre. C’est pourquoi j’ai tenté ma chance. Ce qui a fait la différence avec les autres profils ? Ma présence en ligne et en particulier sur Twitter. Finalement, les réseaux sociaux doivent être perçus comme des leviers. A côté des traditionnels LinkedIn et Viadeo, Twitter permet de se rendre visible, de prendre contact avec des personnes qui seraient “difficilement accessibles” autrement. Si j’étais bien renseignée sur l’entreprise, c’était réciproque : l’équipe m’avait découvert au-delà du simple CV, grâce à des articles que j’avais rédigés et l’actualité que je relayais. Cela a permis d’enrichir l’échange. myriam twitter Laurie, la collègue designer en charge de mon recrutement, le confirme : « Nous cherchons à embaucher des gens, pas des profils. C'est pourquoi nous passons par d'autres canaux que les sites type Monster ou l’APEC. Twitter, blog, Github... Ce sont des indicateurs parmi d'autres sur le candidat. Bien plus qu'un CV classique, ils permettent d'avoir un point de vue sur sa capacité d'analyse, de synthèse, son état d'esprit, sa manière de rédiger, ses contributions à des projets, etc. Bien sûr, ce ne sont que des indicateurs, et nous les prenons comme tels. Ils ne disent pas comment la personne s’adaptera au travail en équipe, ou à l'état d'esprit de l'entreprise. C'est une première étape qui permet d'établir une connexion, avant de rencontrer les gens et de discuter avec eux. Pour le recrutement de Myriam, nous avons posté une annonce sur Twitter, et uniquement sur Twitter. Les premiers échanges avec elle se sont faits par DM (Direct Message) et clairement, sa réactivité et sa présence sur les réseaux sociaux ont été des points déterminants pour la suite. Après son envoi de CV et lettre de motivation, notre envie de la rencontrer a été renforcée. Cela dit, ni son niveau de diplôme, ni le type de contrat (CDD, CDI) n'étaient des critères importants pour nous. » En allant au-delà du traditionnel recrutement, on pousse de nouvelles portes, là où des yeux différents peuvent se poser. Cela n’affecte en rien le potentiel des candidats, au contraire, les personnes en charge du recrutement ont une bien meilleure idée de qui elles ont en face d’elles comparé à un unique CV. La preuve, c’est que le feeling est tout de suite passé des deux côtés. Ainsi, j’ai pu véritablement me projeter au sein de l’entreprise et l’équipe a estimé que je pourrais bien m’intégrer. Aujourd’hui, je le confirme : c’est un recrutement réussi. sogilis Suivez Myriam sur Twitter @MyriamMnt Et vous, vous avez été recruté comment ?