Un an d'etudes à l'etranger : Mathilde est partie au Canada - La Ruche par WizbiiLe Canada vous fait rêver ? Mathilde nous fait part de son expérience : logement, culture, ambiance, coût de la vie... Des infos utiles avant de partir !
Bannière d'un article
#Etudes-a-letranger

Un an d'études à l'étranger : l'expérience de Mathilde au Canada

Je suis le co-fondateur du site web Jeunes à l’étranger et sur La Ruche, j’ai décidé de vous faire part de conseils pour préparer vos études à l'étranger mais aussi d’interviews exclusives que nous avons réalisées.  Mathilde a 21 ans et elle est partie étudier au Canada pendant une année scolaire. Elle nous explique son séjour et nous livre ses conseils !  jeunes à l'étranger

Peux-tu nous dire quelques mots sur toi ?

Je m’appelle Mathilde, j’ai 21 ans, et je suis partie étudier au Canada pendant 9 mois pour y faire ma troisième année de Lettres Appliquées.

kingston

Pourquoi as-tu choisi de partir étudier au Canada, à Kingston ?

Je voulais partir dans un pays anglophone pour y pratiquer mon anglais et le Canada m’attirait depuis longtemps. Pourquoi ? La sympathie et politesse légendaires des Canadiens, le bilinguisme, les parcs naturels et la beauté de la nature, l’université qui m’avait l’air géniale, mon histoire familiale (j’ai la nationalité Canadienne et je n’y étais jamais allée), l’envie de vivre un « vrai hiver » au moins une fois dans ma vie…

Grâce à quel programme es-tu partie ?

Je suis partie dans le cadre du programme Ontario – Rhône Alpes (ORA) car j’étais à l’université à Lyon. Le programme organisait une « intégration » au mois d’Août, ce qui était vraiment génial et rassurant car j’ai pu y rencontrer des étudiants (français, allemands, chinois et indiens) se rendant dans la même université que moi.

As-tu choisi une assurance voyage avant ton départ ?

Pour aller à l’université, il était indispensable de souscrire à une assurance appelée UHIP. Elle couvrait les frais médicaux basiques. Je n’ai pas pris d’assurance supplémentaire. Je suis allée seulement une fois chez le médecin et je n’ai pas eu besoin de payer (les médicaments n’étaient par contre pas remboursés).

As-tu bénéficié d'une bourse ?

J’ai reçu une bourse Explora Sup’ ainsi que la bourse de la mobilité du CROUS car je suis boursière. Je ne me souviens pas cependant des montants exacts. toronto

Comment est le coût de la vie à Kingston ?

Le plus cher était le logement (475 dollars par mois). Les transports sont gratuits pour les étudiants, et pour la nourriture c’était plus ou moins la même chose qu’en France. J’allais surtout faire mes courses à Food Basics, une grande surface bien moins cher que Metro ou Loblaws par exemple.

Où vivais-tu ?

Dans une maison partagée avec 4 colocataires, au centre de Kingston. C’était génial ! La maison n’était pas bien grande mais je vivais dans un quartier d’étudiants, donc super ambiance.

Comment as-tu trouvé ton logement ?

En lisant les petites annonces sur internet et visitant une fois sur place. Au niveau du logement, c’est super facile car il n’y a pas besoin de garant !

Les canadiens sont-il accueillants ? Est-il facile d'y faire des rencontres ?

Les canadiens sont très très accueillants et polis ! Sérieusement, tout le monde se plie en quatre pour que le séjour se passe bien. Il y a beaucoup d’évènements internationaux organisés, et les étudiants étrangers se retrouvent souvent entre eux. Mais il est aussi possible de lier des liens d’amitié avec de « vrais » canadiens !

Comment se passent les cours au Canada ? Y-a-t-il beaucoup de différences avec la France ?

L’ambiance est très différente, les profs sont plus proches des élèves, plus accessibles, et les élèves beaucoup plus investis. Après ça dépend aussi des cours. J’ai trouvé personnellement qu’il y avait un rythme de travail plutôt soutenu (notamment au début avec la barrière de la langue tout prend plus de temps qu’en France) mais j’ai trouvé ça positif car les retours permanents des profs sont très motivants.

Qu'as-tu préféré pendant ton année au Canada ?

Les paysages sont magnifiques, la gentillesse et politesse des Canadiens, la qualité des cours à l’université, les fêtes universitaires, voyager d’une ville à l’autre, l’espace, le bilinguisme...

Qu'est-ce que tu aimes le moins ?

Le « politiquement correct » qui parfois empêche d’approfondir les relations, l’hiver interminable (sérieusement INTERMINABLE).

mathilde

Quel est ton meilleur souvenir ?

Impossible de n’en avoir qu’un… j’ai tout adoré ! Peut-être les excursions dans la nature, notamment dans les Adirondacks (aux US) et au parc Algonquin. Mais aussi le festival igloofest à Montréal, les soirées étudiantes à Kingston, l’amitié qui s’est développée avec d’autres étudiants étrangers et les Canadiens.

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes qui souhaitent partir étudier au Canada ?

N’hésite pas, vas-y ! Aies confiance en toi, ne crains pas le ridicule, parle anglais même si tu es persuadé d’être nul. Saisis toutes les opportunités de voir quelque chose de nouveau, de différent.

Merci à Mathilde pour son retour enrichissant sur son année d'étude au Canada ! Si vous aussi vous êtes motivés pour saisir une opportunité à l'étranger mais que vous ne savez pas trop comment vous y prendre La Ruche vous donne ses conseils pour partir sans stress !

rédigé par :

Léa Beli

le 05 novembre 2014

Media image

Articles recommandés

image

18 oct., Maryam Orion

18 oct. 2019,

Maryam Orion

Cours à distance : bonne ou mauvaise idée ?

Êtes-vous fait(e) pour les cours à distance ? Cette alternative comprend de nombreux avantages mais il faut être rigoureux et sérieux afin de suivre le rythme !

image

17 oct., Maryam Orion

17 oct. 2019

Expatriation : 6 astuces pour vaincre le mal du pays !

Partir à l'étranger pendant plusieurs mois peut s'avérer être un étape compliquée pour certains étudiants, c'est que l'on appelle "le mal du pays"... Mais comment passer outre ce sentiment ?

image

16 oct., Maryam Orion

16 oct. 2019

Quels sont les coulisses du métier de comédien ? Interview avec l'acteur Thomas Goldberg

Tenant son premier rôle à seulement 14 ans dans le film "La nouvelle Guerre des boutons", Thomas Golberg, jeune comédien, nous dévoile son parcours et ses expériences !

Derniers articles