TRIBER : Une application pour retrouver ses amis perdus en Festival !

TRIBER : Une application pour retrouver ses amis perdus en Festival !

Un jour de juillet aux Francofolies de la Rochelle : - Allo ? ALLOOOOOOOOOO ?! J'entends rien ... vous êtes où les filles ? - Depuis 10 minutes, Alice cherche à rejoindre ses amies. Mais entre la foule en délire, le concert qui bat son plein et les fans qui hurlent c'est mission impossible. Enfin - c'était - impossible ! L'équipe de la ruche a trouvé la solution : Triber, l'application qui géolocalise tes amis et t'indique la marche à suivre pour les retrouver.

logo_triber

Hello Pierre et Mathieu, pouvez-vous nous parler de vos parcours tant scolaires que professionnels ?

Pierre : Je viens de l’école EPITECH dont j’ai été diplômé en 2014. Le cursus comprend une année à l’étranger. J'ai eu la chance de partir à Sydney, où j’ai rencontré Mathieu qui a été mon coloc' pendant quelques mois. À mon retour, j’ai rejoint 4 amis qui étaient en train de monter un laboratoire d’idée : PixHE, où nous développions plusieurs projets (dont Triber). PixHE regroupe des spécialistes du développement, de l’UX, de l’UI, tout en ayant une partie business développement.

Mathieu : Après une classe préparatoire, j’ai intégré l’EDHEC Business School. À partir de là, j’ai pu construire mon propre parcours. J'ai réalisé 2 stages en communication/publicité, un échange académique en Corée du Sud, pour finir par un mandat de Président du BDE et partir faire un stage de fin d’études en marketing digital en Australie. J’ai ensuite été sélectionné pour un Graduate Program en événementiel qui m’a fortement déçu. J’ai donc décidé de le quitter pour commencer l’aventure Triber. En parallèle, je suis auto-entrepreneur depuis 4 ans dans le graphisme et le web design.

ecoles

Vous n’êtes pas issus de la même formation, qu’est-ce qui vous a poussé à entreprendre ensemble ?

Pierre : Justement ! La complémentarité des profils est indispensable à l'entrepreneuriat. Au vu de nos compétences, nous pouvons facilement répartir les tâches à faire : je me charge de la partie technique de Triber alors que Mathieu se charge de la partie buisness et marketing. Une start-up ne regroupant qu’un seul type de profil aurait du mal à fonctionner.

Mathieu : Pour ma part, c’est tout simplement parce que j’avais envie d’entreprendre. La plupart mes idées tournent autour de la tech : vous imaginez bien que je ne pouvais pas aller bien loin avec mes balbutiements de HTML ! J’ai immédiatement pensé à Pierre qui a les compétences. Je lui ai présenté un premier projet, qui ne l’a pas convaincu, avant de lui proposer un autre projet plus attirant puisque j’avais gagné un concours de business plan avec : Triber était sur les rails !

Développer sa start-up tout en étant étudiant, ce n’est pas tous les jours facile, quelles sont les structures qui vous accompagnent ?

Effectivement ... surtout quand on est juniors comme nous ! S’entourer de structures est important, même si ce n’est pas la seule solution. On peut également tout simplement contacter des entrepreneurs, lire la presse startup, assister à des webinaires, des Meetups organisés par des entrepreneurs ou des incubateurs, il y a un écosystème start-up incroyable et dynamique en France : autant en profiter et ne pas rester dans son coin.

De notre côté, nous avons une structure qui nous accompagne : l’Incubateur de l'EDHEC, l’école dont je suis diplômé, qui nous apporte conseils, réseaux et contacts, sur demande et gratuitement.

Quel est le concept de Triber ?

Triber est la première boussole communautaire : c’est une application mobile boussole indiquant la distance et la direction à suivre pour retrouver ses amis lors de grands événements (festifs, sportifs, populaires) et les grands espaces (parcs, plages, pistes de ski).

visuel, application, triber

Comment avez-vous eu cette idée ? Et d’ailleurs, pourquoi « Triber » ?

L’idée a germé après une mauvaise expérience au nouvel an en Australie ... Je cherchais à rejoindre des amis dans un parc bondé de Sydney pour assister au feu d’artifice, mais avec le monde, l’obscurité, et la grandeur du parc, cela me prit plus de 25 minutes cumulées au téléphone ! C’est à partir de là que je me suis dit qu’au XXI ème siècle, il devait y avoir un moyen de régler ce genre de problèmes que j’ai ensuite régulièrement observé lors d’événements festifs, sportifs ou populaires.

Pour le « naming », l’idée originale était Finder, mais je savais que cela faisait très utilitaire, sans âme, sans identité. C’est en participant à un Startup Week-end à HEC que je découvris une startup qui s’appelait « The Wolfpack », j’aimais cet aspect très naturel, très groupe, très tribal justement, de là est venue l’idée de prendre la version humaine de la « meute », donc la tribu, qui se traduit « Tribe » en anglais. Au final Tribe + Finder : Triber était né !

Cette idée est très pratique, mais comment ça marche concrètement ? Est-ce gratuit ?

Concrètement, un utilisateur envoie une notification à un ami, qui en l’acceptant déclenche la Boussole. Cette dernière guide les deux utilisateurs l’un vers l’autre. Il est également possible de partager un point de rendez-vous, vers lequel les utilisateurs se dirigeront via la Boussole.

Triber est gratuit pour les utilisateurs. Côté B2B, nous proposons des comptes officiels payants aux organisateurs d’événements, via lesquels ils peuvent pusher des points d’intérêt à l’intérieur de leur propre événement, afin d’y guider leurs participants grâce à la Boussole (stand, animation, scène, toilettes, food truck).

visuel, application, triber

 En parlant d’argent, comment vous êtes vous financés ?

J’ai pour ma part mis de l’argent de côté lors j’étais en CDI, en réduisant mon train de vie en attendant la fin de mon contrat, je m’auto-finance également avec des prestations de graphisme et de web-design. De son côté Pierre fait également de la prestation, en se rémunérant sur des projets de développement web.

Quels sont vos objectifs pour les mois à venir ?

En ce moment, nous contactons les organisateurs de festivals pour les inviter à tester les comptes officiels. Notre objectif pour les 6 prochains mois, c’est donc signer nos premiers contrats rémunérés avec des organisateurs, et d'atteindre les 100 000 téléchargements.

Recrutez-vous ?

Pas encore, mais nous travaillons sur une levée de fonds qui devrait nous permettre de recruter les effectifs nécessaire au développement de l’équipe, à savoir des développeurs, des business developers et des profils communication/marketing.

Merci à tous les deux d'avoir partagé votre expérience. On espère vous retrouver sur tous les festivals français de cet été. D'ici là, tous à vos applications et rendez-vous ici pour soutenir Pierre et Mathieu.