TORÉPA : la start-up qui favorise l’esprit de partage entre habitants de résidence étudiante

TORÉPA : la start-up qui favorise l’esprit de partage entre habitants de résidence étudiante

Wizbii te présente TORÉPA, une start-up qui propose une nouvelle façon de cohabiter ! Grâce à ce projet à la fois humain et convivial, tu ne manqueras plus jamais de rien chez toi. En effet, TORÉPA est une application d'échanges entre voisins qui repose sur un concept simple : créer une "tribu" avec les habitants de ta zone puis demander et proposer des objets, des services et des activités qui lui plaisent. Voici les explications du fondateur, Sofiène Thibault. 

Hello Sofiène, peux-tu te présenter à nos lecteurs en quelques lignes ?

Sofiène fondateur de TORÉPA. J’aime les musiques actuelles : rap, techno, house ! J’aime les cultures alternatives et tout ce qui essaie de proposer des façons différentes de vivre ensemble. À ce titre, j’ai un coup de cœur pour le style de vie et l’atmosphère qui se dégage d’une ville comme Berlin. Je passe beaucoup de temps à essayer de mieux me connaître : philo, développement personnel, traditions, initiation etc. En fait, j’aime bien aller au fond des choses ! En ce qui concerne mon parcours pro, j’invite les gens à consulter mon profil LinkedIn !

Peux-tu nous expliquer plus en détail le concept TORÉPA ? Quels sont les avantages liés à l’utilisation de TORÉPA ?

  • TORÉPA a pour vision de promouvoir une façon différente de cohabiter au sein d’un même espace : plus ouverte, plus simple, plus friendly.

  • Comment ? En permettant aux résidents de créer leur propre tribu. Ensuite les membres peuvent partager entre eux des annonces de manière visuelle et organisée par catégories (événements, infos, services, prêts / dons, achat / vente, activités, commerces locaux).
  • Et concrètement ? TORÉPA est une appli ! Il est possible de voir à quoi elle ressemble sur le site torepa.xyz

Comment cette brillante idée t’est-elle venue ? Quelles ont été tes sources d’inspiration ?

J’ai eu l’idée de TORÉPA parce que j’avais envie qu’une appli comme ça existe pour mes voisins et moi. Je me souviens du moment précis où l’idée m’est venue. C’était un weekend où je me suis retrouvé sans mon câble d’ordi que j’avais oublié au boulot. J'en avais désespérément besoin. Immédiatement, j’ai pensé que je pourrai en trouver un dans mon immeuble.

J’ai donc frappé à la porte de mes voisins… sans succès ! Il aurait fallu plus de temps pour demander à tout l’immeuble… ou alors il aurait fallu une appli qui me permette de passer une annonce à tous mes voisins ! Ensuite, j’ai vite compris que c’était dans les résidences étudiantes que cela avait le plus de chance de prendre en premier.

Quelle est la cible ? Et pourquoi a-t-elle besoin de TORÉPA ?

Les utilisateurs que je privilégie sont les étudiants vivant dans les résidences étudiantes. Pourquoi ? J’ai été étudiant et c’était important pour moi de créer de nouvelles relations. Surtout lorsqu’on entre dans les études supérieures et qu’on s’éloigne de sa famille et de son ancien cercle d’amis. C’est également une population qui a beaucoup d’énergie et d’envies mais souvent peu de moyens. Ils doivent donc faire les choses par eux-mêmes et s’auto-organiser (soirées, activités, coups de main etc.).Les étudiants n’ont pas attendu TORÉPA pour faire bouger les choses. L’idée est simplement de proposer une app cool et actuelle pour qu’ils puissent faire ce qu’ils ont toujours fait mais plus facilement !

Quel est ton business model ?

Pour le moment, je n’ai pas de business model établi pour TORÉPA. Mais j’ai deux pistes en tête :

  • Proposer TORÉPA aux organismes de gestion des résidences étudiantes sous forme de Contrat de licence logiciel
  • Ou un modèle publicitaire classique via des annonceurs locaux (commerces de proximités, etc.)

Depuis combien de temps as-tu commencé ce projet ?

Cela fait environ un an (mai 2017) que je suis à temps plein sur le projet. Avant cela, je faisais murir l’idée en marge de mon activité de consultant.

Qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer dans un projet entrepreneurial ?

Sans aucun doute la liberté ! La liberté de choisir la problématique sur laquelle je travaille et la liberté dans la manière de mener le projet. Quand je travaillais en entreprise, on faisait souvent des plannings et des « todo » listes avec plein de choses à faire. Au fond de moi j’étais convaincu qu’il était possible d’expérimenter un rapport différent au travail. C’est à dire sans planifier à l’avance le projet mais en progressant au jour le jour. Comme une sorte d’ajustement continuel, plutôt qu’un long tunnel.

Aujourd’hui je l’ai mis en pratique et ça fonctionne très bien ! Je ne planifie plus. Chaque matin, je me lève et je me demande « quelle est la chose la plus intelligente à faire pour faire avancer le projet ? ». En général la réponse tient du bon sens, ça oscille entre « continuer ce que je faisais la veille », « commencer quelque chose de nouveau » ou « me reposer ».

L’avantage c’est que je passe moins de temps à anticiper et plus de temps dans la réalisation de choses concrètes. Je peux également plus facilement répondre à la demande d’un utilisateur ou d’un partenaire car je n’ai pas de contrainte de planning. J’accepte de faire des choses que je n’avais pas prévu de faire.

Quelles difficultés as-tu rencontrées au lancement de TORÉPA ?

Je dirais appréhender l’incertitude en général. L’incertitude par rapport à l’utilité de TORÉPA, par rapport à la réussite du projet et même par rapport à mes propres capacités à servir le projet. C’est une source d’angoisse donc il faut s’y faire et apprendre à lâcher prise là-dessus.

L’autre difficulté a été de devenir plus polyvalent et d’acquérir de nouvelles compétences que ce soit en développement, en marketing ou en design. Heureusement, il y existe de nombreux cours en ligne très bien fait. Ça m’a permis d’acquérir les connaissances nécessaires pour faire avancer le projet !

Quelles sont les prochaines étapes pour TORÉPA ?

La phase de bétâ test est terminée depuis peu. Maintenant, l’objectif est qu’à la prochaine rentrée scolaire, TORÉPA soit lancée dans les meilleures conditions possibles ! D’ailleurs je lance un appel : si vous êtes intéressés à l’idée de lancer TORÉPA dans votre résidence contactez-moi : sofiene@torepa.xyz

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu aux jeunes qui voudraient se lancer dans un projet entrepreneurial pour les aider ?

Je dirais qu’il faut trouver une manière de prendre du plaisir au quotidien et se dire que ce qu’on fait nous servira quoi qu’il arrive.

Je dis cela car c’est difficile de tenir sur le long terme si on est simplement motivé par l’idée de réussir. Être entrepreneur c’est passer beaucoup de temps à échouer avant de réussir (si la réussite vient un jour) donc être trop focalisé sur le fait de réussir cela peut être usant.

Prendre du plaisir au quotidien et s’écouter, ça me semble être un bon moyen pour garder de la fraicheur tout au long de l’aventure !

Merci pour cette interview Sofiene ! Bon courage pour la suite ! Pour en savoir plus sur TORÉPA, cliquez ici