6 vraies raisons d'adorer le stage en start-up

6 vraies raisons d'adorer le stage en start-up
 Travailler avec des cofondateurs fraîchement diplômés qui ont l’âge de mon grand frère (24 ans), se trouver un nom d’animal pour créer son identifiant Gmail, faire la bise à tout le monde, ramener une tasse de chez moi pour le thé, telles furent les surprises de mon premier jour chez Unitag ! Étudiante en master 2 à l’école de commerce de Tours (ESCEM), j’ai postulé pour mon stage de fin d’année chez Unitag, une jeune start-up toulousaine bien connue pour son générateur de QR code mais également pour ses sites mobiles et bientôt, pour la NFC. Wizbii a déjà testé leurs services, tout comme de grandes entreprises telles que Cacharel, Michelin ou encore Le Monde. Les start-up sont des entreprises à part entière, mais pas vraiment comme les autres ! Pour vous le prouver, voici ma journée type au sein d’Unitag, une structure innovante pleine d’ambition.

De 8h à 17h, les avantages d'une journée type en start-up

Être à l’aise, du style vestimentaire à la chaise de bureau.

08h17 : prête pour partir, j’enfile mes sandalettes à fleurs.
“Des sandalettes, à fleurs ? Pour aller au boulot ?”
Eh bien pourquoi pas ! Car pour commencer, la philosophie d’une start-up est que l’on se sente bien au bureau comme chez soi ; bref que l’on soit bien dans ses sandalettes. Exit les talons que l’on appréhende dès le matin ou encore les costumes quand il fait 30° dehors : si on est un stagiaire qui préfère être casual et sortir en jean, alors voici une première raison d’aimer les start-up. Les fondateurs tiennent aussi à ce qu’on participe à l’agencement et à la décoration des locaux pour créer une atmosphère sympa, d’où la présence d’un tapis vert pomme à poils doux en plein milieu de la pièce principale ou d’une peluche brocolis, mascotte de l’entreprise.

 Vivre l’évolution de la start-up en direct.

09h00 : arrivée aux locaux situés à Basso Cambo. Pour l’instant nous sommes une dizaine, mais bientôt il faudra faire plus de café le matin car les effectifs vont doubler d’ici l’année prochaine ! Ce qui est bien dans une start-up, c’est qu’on la voit évoluer petit à petit. Ainsi mardi dernier, Alexis et Gautier, deux des co-fondateurs, ont retroussé leurs manches et sorti les perceuses pour monter deux nouveaux bureaux afin d’accueillir les nouvelles recrues. D’ici l’année prochaine, le bureau va également devenir bilingue : avoir gagné le concours NETVA va permettre à Unitag de mettre un pied aux Etats-Unis et de recruter ainsi des commerciaux anglophones. Une start-up à l’international après deux ans de création seulement : un nouveau challenge à relever !

Avoir de VRAIES missions de stages qui nous donne de VRAIES responsabilités.

09h05 : au travail ! Lecture des mails de retour sur le travail que j’ai effectué la veille, briefings tout au long de la journée par mon responsable, Benoit : ça fait du bien de se sentir suivie et d’avoir tout le temps une mission à remplir, qui est autre chose que d’aller photocopier un document et de ramener un cappuccino ! Car ici, j’ai réellement le sentiment d’avoir des responsabilités : je participe au brainstorming pour aider à redéfinir la stratégie de communication d’Unitag, je crée des slideshares et des infographies qui seront directement partagés sur les réseaux sociaux, etc. Dès lors que l’on a conscience des enjeux qui se cachent derrière pour la boîte, on se sent tout de suite plus concerné. Enfin du concret pour nous, stagiaires ! Chaque poste est également flexible : il s’adapte à nous, à ce que l’on sait faire et à ce que l’on voudrait faire. Suite au point effectué au bout de deux semaines avec Benoit, j’ai par exemple travaillé avec Raphaëlle, notre chargée de communication, pour mieux connaître son métier de Community Manager. Après en avoir parlé en cours, c’était l’occasion de découvrir concrètement ce nouveau poste.

Lors des pauses, avoir l'impression d'être au travail entre "potes".

13h00 : pause déjeuner bien méritée. Chacun ramène son plus beau tupperware pour manger ensemble dans la cuisine ou dans le jardin, quand il fait beau. Certains ne mangent que des sandwichs rosette-emmental, d’autre que du taboulé bref, c’est le moment de rire et de refaire le monde. Il y a un mois, la pépinière d'entreprise où se trouve la société a organisé un repas-buffet pour toutes les sociétés présentes. C’était l’occasion d’échanger idées et concepts avec nos collègues autour d’un verre ! Par exemple, notre collègue Allemand nous a proposé de créer une boite à suggestions pour la ville de Toulouse, afin que les riverains puissent soumettre de nouvelles idées pour améliorer la vie de tous les jours (transport, aménagement, etc.)

Être de la même génération que ses boss favorise l’innovation et le partage d’idée.

15h18 : qui veut du thé? L’équipe se répartit sur trois pièces, nos bureaux ne sont jamais trop loins les uns des autres. Poser des questions et proposer des idées devient tout de suite beaucoup plus simple : pas besoin de grimper trois étages pour savoir à quel département s’adresser, ici, il suffit de changer de pièce et d’oser partager de nouveaux points de vue. Et justement, dans une start-up, on ose plus facilement ! Le fait que les fondateurs d’Unitag aient seulement trois ans de plus que leurs stagiaires permet une certaine proximité générationnelle qui favorise tout de suite un contact plus facile. Les rapports hiérarchiques étant moins « pesants » voire inexistants, on est plus enclins à proposer de nouvelles choses.

Stagiaires comme entrepreneurs, tous tournés vers l’avenir.

17h00 : la journée terminée, direction le métro pour aller boire un verre ou rentrer à la maison. Je reprends le métro avec Florence et Pierre, deux collègues stagiaires. Les transports en commun sont empruntés par la plupart des membres de l’équipe Unitag. Quand on est étudiant, on n’a pas forcément les moyens de se déplacer en voiture. Quand on n’est plus étudiant mais jeune entrepreneur, c’est pareil ! Au final, même si aucun parcours scolaire et personnel ne se ressemble chez Unitag, l’ambition d’avancer dans notre vie professionnelle à peine sortis de l’école elle, nous rassemble tous et a permis à cette jeune start-up de compter déjà près de 1000 clients après deux ans d'existence !