Trois jeunes talents qui ont su percer sur les réseaux sociaux

Trois jeunes talents qui ont su percer sur les réseaux sociaux

On ne se le cache pas, on sait tous que recherche d’emploi est souvent synonyme de grosses galères. Avant, c’était tranquillou pilou, « Like taking a candy from a baby » carrément. Pour les baby-boomers, le presque plein-emploi c’était une évidence. Trouver un job ? Une partie de rigolade. Aujourd’hui, tout a changé. Avec la digitalisation, les codes sont différents, les règles différentes, les gens différents. Même les carrières n’ont plus rien à voir. Que l’on soit un homme, une femme, un jeune, un moins jeune, c’est pas vraiment une partie de plaisir, surtout pour les millenials, ces oubliés du work-game.

Alors, comment se retrouver dans tout ça ? Comment sortir du lot et enfin pouvoir se différencier ? Atteindre ses rêves, vraiment possible pour les jeunes d’aujourd’hui ? On te rassure tout de suite, la réponse est oui. Arme-toi de ton smartphone, d’une bonne dose de passion et d’enthousiasme et sois prêt pour l’aventure de ta vie. Zoom sur une pratique de plus en plus répandue au ratio risque/succès à en faire pâlir plus d’un : les réseaux sociaux.

Et pour ça, on remercie Camille Joséphine Teisseire la fashion-sportaddict, Victorien Chemineau, le vidéaste de haut vol, et Romain Dauger et sa gloire ahurissante en 3D.

Romain Dauger, la 3D battant dans les veines d’un grand passionné

Du haut de ses 23 ans, Romain a battu tous les records. De simple étudiant à l’Institut de l'Internet et du Multimédia, il a amené plus de cinquante entreprises à se battre pour lui. La clé ? La passion. Il a tout simplement identifié ce qu’il voulait faire de sa vie, quelle était sa passion, ce qui l’habitait réellement et il a foncé.

Très autodidacte, il s’est spécialisé dans la 3D, et s’est formé de son côté grâce à des tutoriels sur l’Internet. A mesure qu’il avançait, il s’améliorait. Ses professeurs lui ont proposé de travailler avec eux sur plusieurs projets bien réels.

Par la suite, Romain a eu l’idée du siècle : partager sa passion. Sur Facebook, Twitter, et sur Arstation.com – le Facebook des artistes numériques un peu geeks -. Il a posté ses réalisations et ses propres tutoriels pour aider les autres, comme lui a pu être aidé à ses débuts. Une star était née. Des likes multipliés par cent, des messages de remerciements à la pelle, des abonnés fidèles de plus en plus présents. Quelques mois et un projet de décor 3D plus tard, plus de cinquante entreprises voulaient l’embaucher. Aujourd’hui, Romain travaille au poste de « Junior Level Artist » chez Ubisoft, le big boss des jeux-vidéos. En quelques clics, un rêve était réalisé.

Pour retrouver son travail, c’est par ici !

Romain réalise ses rêves grâce aux réseaux sociaux.png

Victorien Chemineau aka Vckprd, le photographe explorateur underground

A 25 ans, Victorien sait déjà ce qu’il veut dans la vie et n’hésite pas à tout faire pour l’obtenir. Ce qui l’anime : la vidéo et la photographie. Lui aussi un peu autodidacte, Victo – pour les intimes-, n’a pas hésité à se former sur le tas, et ce, depuis qu’il est en âge de tenir un appareil photo.

Grand passionné de la culture underground, Victorien s’attaque à la découverte et le partage du monde urbain, pour le plaisir des yeux de beaucoup. Son objectif – pas d’appareil photo – est simple : propager la beauté qui nous entoure et montrer à quel point la banalité peut être d’une fraicheur à tomber.

Plus décidé que jamais à passer au niveau supérieur, il s’est mis à participer à de nombreux événements. Entre défilés, soirées, émissions de radio, Victorien est devenu un véritable addict de la photographie. Il décide de devenir plus actif sur les réseaux sociaux et créé un groupe sur Facebook de photographes à Rennes dont il est l’administrateur.

Quelques années et rencontres plus tard, Vckprd est né et a agrandi sa famille autour de la réalisation audiovisuelle. Toujours tourné vers l’urbex - Urban Exploration : s'introduire dans les lieux laissés à l'abandon, ndlr – Victorien s’est fait contacter par plusieurs journalistes et continue de se faire connaitre dans le milieu.

Toujours son appareil autour du cou il continue d’arpenter les rues à la recherche d’un nouveau cliché, peut-être pourras-tu l’apercevoir…

Pour le retrouver, c’est par ici !

 

Victorien réalise son rêve et devient photographe.png

Camille Joséphine Teisseire, la work-fashion-sport addict que tout le monde envie

Sur une toute autre atmosphère, direction la mode et le sport, la mode du sport, le sport de la mode, bref, tu as compris.

Camille, 26 ans, a aussi tout compris. Fashion Editor en freelance chez Numero, elle interprète les vêtements des designers en les mettant en situation dans le cadre d’éditoriaux mode. En gros, elle est styliste…. de jour. Telle une vraie ninja, elle fait partie de ceux qui réussissent à multiplier les heures de leurs journées pour faire rentrer 48 heures en 24. Grande passionnée de sport, elle enchaîne les séances de vélos dans un noir complet pendant 45 minutes en passant par un yoga de 90 minutes dans une salle à 40°C. Sportive de l’extrême de nuit, Fashion Editor de jour.

Ce petit cocktail a certains avantages. Si l’on s’appelle Camille Joséphine Teisseire et que l’on a ça dans la peau, c’est facile. Pour nous autres, êtres humains, voici la recette magique : poster sur Instagram. Attention, poster, oui, mais poster intelligemment : poster qualité, et non quantité.

Quelques années plus tard, c’est le buzz. Nike la contacte et lui propose de travailler ensemble. Influenceuse des sports-fashion addict, la jeune auto-entrepreneuse reçoit dorénavant des articles de la marque, ayant pour but d’être directement vus sur ses posts Instagram.

Camille a réussi à consacrer ses deux passions en une, et on l’envie tous.

Si toi aussi tu veux la follow, ça se passe par ici.

Camille-signe-un-partenariat avec Nike via Instagram

Qu’est-ce qu’on retient de tout ça ? 

Alors, percer grâce aux réseaux sociaux, c’est possible ? Ces trois histoires ne sont qu’un millième de la partie visible de l’iceberg. Mais elles sont le reflet de l’espoir que personne ne doit se permettre de perdre. Elles ont toutes un point commun central : la passion. Peu importe le parcours effectué, les erreurs réalisées, les obstacles rencontrés, l’important reste la destination. Prendre des risques est certes flippant, mais parfois tellement gratifiant.

Alors, on tente le coup ? 

 

Toi aussi tu aimerais trouver le travail de tes rêves ? Décroche-le sur Wizbii

logo-wizbii