« Voici pourquoi j’ai choisi la France pour lancer ma start-up ! »

« Voici pourquoi j’ai choisi la France pour lancer ma start-up ! »

Née en Italie, Adriana est une jeune diplômée passionnée par les animaux qui a choisi la France pour lancer sa start-up ! Elle nous en dit plus sur son parcours et son projet.


Hello Adriana, peux-tu te présenter à nos lecteurs en quelques lignes ?

Je suis née à Turin, en Italie, mais j’ai également des origines polonaises du côté de ma mère. Depuis toute petite, je me sentais très proche des animaux et de la nature ; mon rêve d’enfant était de sauver les animaux en difficulté. En grandissant, cette passion a pris un caractère plus conceptuel : c’est ainsi que je me suis inscrite en études de Philosophie pour ensuite me spécialiser en Bioéthique, notamment dans l’éthique et le droit des animaux. À 21 ans, j’ai donc écrit et publié mon premier livre sur l’éthique des animaux sauvages.

Ayant ressenti le besoin de me réorienter vers des missions plus concrètes après ma licence, j’ai poursuivi mes études avec une formation en management à l’Université de Cambridge et à HEC Paris. Entre-temps, ma passion pour les animaux m’a poussée à cofonder le premier hôpital pour les hérissons en Italie, dont l’histoire est racontée dans ce livre. Mon rêve d’enfant a finalement vu le jour !

Peux-tu nous expliquer plus en détail le concept de Vetolib ?

Vetolib est une plateforme permettant aux propriétaires d'animaux de trouver un vétérinaire correspondant à leurs besoins et à ceux de leurs animaux et de prendre rendez-vous en ligne.

vetolib

Comment t’est venue cette idée ? Quelles ont été tes sources d’inspiration ?

Ma source d’inspiration non seulement dans mon projet entrepreneurial, mais aussi dans mon quotidien est une phrase du philosophe anglais Jeremy Bentham qui a bouleversé l’éthique au XVIIIe siècle :

"La question n’est pas : Peuvent-ils raisonner ? Ni : Peuvent-ils parler ? Mais : Peuvent-ils souffrir ?"

Aujourd’hui, 99,9% des projets innovants sont dédiés aux êtres humains. Malgré le fait que les animaux (domestiques) soient 65 millions en France – un chiffre égal à celui de la population française « humaine » ! L’objectif de ma start-up est donc de contribuer à la prise de conscience collective et de donner une nouvelle place à l’animal dans la société, parce que je suis convaincue que chaque vie compte de la même manière.

Tu es également étudiante à HEC, comment arrives-tu à concilier études et entrepreneuriat ?

HEC Entrepreneurs a été une excellente opportunité pour développer mon projet et mon réseau en France et à l’international. Grâce à HEC, j’ai eu l’opportunité de partir dans la Silicon Valley, en échange avec à l’Université de Berkeley. Une opportunité unique pour tester le marché américain et faire des rencontres intéressantes à San Francisco.

silicon valley

Tu es d’origine italienne, mais tu as choisi la France pour lancer ta start-up. Peux-tu nous expliquer ce choix ?

Après mes études à Cambridge, j’ai déménagé en France pour un stage où je me sentais malheureuse, car mes taches étaient souvent à très faible valeur ajoutée et je n’avais pas l’impression d’avancer vers un vrai objectif. Je profitais donc des rares évènements à caractère social qu’on avait, comme des salons par exemple, pour chercher un autre boulot en distribuant mon CV sur les stands des autres entreprises.

C’est ainsi que j’ai rencontré des personnalités inspirantes, et je me suis donc rendu compte qu’en France il était possible de créer de la valeur avec trois ingrédients simples : les bonnes personnes, quelques lignes de code, et beaucoup d’ambition !

Quelques semaines plus tard, j’ai quitté mon entreprise pour commencer à travailler comme autoentrepreneur, et j’ai ensuite lancé Vetolib avec un camarade ingénieure et la collaboration de plusieurs vétérinaires.

Quand j’ai décidé de lancer Vetolib, je n’avais aucune idée de comment démarrer. En France, mon projet a tout de suite trouvé le soutien de deux programmes d’accélération d’excellence complètement gratuits : le programme Idenergie de Laval Mayenne Technopole, dans les Pays de la Loire; et le programme Start by Euratech, organisé par Euratechnologies à Lille.

Je suis convaincue que la France a aujourd’hui le potentiel et les ressources pour devenir la plus grande "start-up nation" du monde : il y a les moyens, la mentalité, et les valeurs nécessaires pour réussir. En outre, la France a toujours été une terre de créativité ; dans les siècles passés, cette force créatrice s’exprimait surtout à travers l’Art et la littérature, aujourd’hui c’est le moment de l’entrepreneuriat et de l’innovation technologique !

Quels sont tes projets pour l’avenir ?

Continuer à sensibiliser la conscience collective sur le sujet de l’égalité homme-animal et faire de Vetolib le leader mondial du bien-être animal. Enfin, travailler dur pour contribuer à faire de la France la plus grande nation de start-up du monde, car c’est un pays qui m’a beaucoup donné et je veux essayer de lui être reconnaissante.

 

Merci pour ton témoignage Adriana ! 

Tu es à la recherche d'un job, d'un stage ou d'une alternance ? Rends-toi vite sur Wizbii, des milliers d'offres t'attendent !