A 16 ans, elle passe sur BFM pour sa start-up... pourquoi pas vous ? #HYPE2016

A 16 ans, elle passe sur BFM pour sa start-up... pourquoi pas vous ? #HYPE2016
Philippine Dolbeau est une (très) jeune fondatrice de start-up, qui a remporté l'année dernière l'un des 4 prix du Hype Awards Digischool visant à récompenser les 12-28 ans innovants. Cette année Philippine est marraine de l'édition 2016 et revient vers nous sur son aventure !   lancement hype digischool Hello Philippine, peux-tu nous parler de ton parcours ? Hello ! Je suis actuellement en classe de Première Littéraire, dans un lycée des Yvelines, et j’ai 16 ans. Depuis toute petite, je suis passionnée par les mondes de la Technologie et de l’Education. À seulement 15 ans, j’ai monté ma boite dénommée New School, un système de cahier d’appel électronique. Aujourd’hui, en parallèle de mon tout nouveau statut de « Startuper », je suis aussi et avant tout une élève comme les autres. Je suis des cours tous les week-ends à la Prépa Sciences Po (IPESUP), je suis engagée dans les évènements de ma ville et officie notamment comme photographe. Beaucoup de casquettes donc, mais avoir une vie remplie où l’ennui ne s’invite pas chez moi, c’est top ! Tu nous en dis plus sur NewSchool ? Comment t’est venue cette idée ? Un jour j'ai vu ce reportage à la télévision : un enfant de 9 ans ayant été oublié dans les hangars de la compagnie de bus scolaires après s’être endormi dans son car sur la route de l’école, le 6 Octobre 2014, à Bordeaux. Parce que ses enseignants n’avaient pas fait l’appel, il est resté enfermé plus de 8 heures dans le véhicule, sans manger ni boire. A partir de ce moment là, c’est le déclic : il faut créer un système d’appel électronique, sécurisé et simple d’utilisation. Pour un grand nombre de professeurs, faire l’appel est une corvée / inutile. Pour d’autres, c’est une façon de dire bonjour à leurs élèves, un rituel, quelque chose de normal. Il a donc fallu réaliser un sondage auprès des enseignants de mon établissement pour dessiner toutes les facettes de cette action, de faire l’appel. Ce projet est là pour réduire le temps passé pour faire l’appel, mais a également un sens important que peu ont étudié aujourd’hui, la lutte contre l’absentéisme. Le but n’est pas de gagner de l’argent. Si le système marche, tant mieux, mais le but est de moderniser le monde de l’Education dans lequel je vis depuis de nombreuses années et d’améliorer la sécurité des élèves en ayant un système rapide qui permet de prévenir l’administration et les parents en cas d’absence. A 16 ans, tu es déjà passée sur de grands médias comme BFM Business… c’est impressionnant, comment arrives-tu à gérer cette médiatisation et à paraître aussi à l’aise ? Lorsque je suis passée sur BFM Business le 7 Janvier dernier, cela n’était pas du tout prévu.L’avantage du direct, c’est que vous découvrez la spontanéité des gens interviewés, leurs réactions. Le point négatif, c’est que vous ne connaissez pas les questions du journaliste et qu’il faut s’attendre à tout ! Suite à ce passage télévisé, tout s’est enchaîné très vite. En 2 semaines, la vidéo a été la vidéo la plus visionnée de tout le site BFM Business, et tous les autres médias se sont rués sur New School. Canal +, TF1, M6, France Télévisions, presse écrite et radio… Cette phase de médiatisation totalement imprévue m’a complètement surprise. Mais… Quel coup de projecteur sur le projet que je mène !
Il y a encore quelques années, j’étais incroyablement timide, au point de voir « Philippine est maladivement timide » sur un de mes bulletins scolaire. Pour vous dire !
Aujourd’hui, plus rien de ça. Une très belle aventure humaine est en marche depuis le début de mes cours d’économie et j’en suis plus que ravie... newschool sur bfm Tu as remporté l’un des prix Digischool au #hype2015, peux tu nous indiquer ce que cela t’a apporté concrètement ? Le 30 Mai dernier, au Théâtre des Deux Ânes, j’ai effectivement remporté le prix de la catégorie « Espoirs » - Jeunes entrepreneurs de moins de 15 ans. Là aussi, un beau coup de lumière sur New School et une expérience sur scène inoubliable. Cela m’a apporté de la confiance en moi, en le futur de mon projet et de beaux contacts, tels qu’Apple, que j’ai rencontré 2 mois plus tard. Que demander de plus ?! Toi qui a réussi haut la main le concours, quels conseils donnerais-tu à un jeune souhaitant se démarquer ? Mon projet n’est pas franchement glamour : un cahier d’appel électronique. Et pourtant, l’intérêt est grand pour New School. Petit à petit, je me suis mise à croire en mon idée, et à la réaliser coute que coute, quoi qu’il advienne. Le but d’une aventure comme la mienne n’est pas de vivre une success story ! Réussir, c’est évidemment ce que les gens espèrent, mais ce que je souhaite avant tout, c’est vivre une aventure humaine et personnelle forte. On ne peut jamais réussir sans avoir essayé, j’en suis convaincue.
Il faut constamment accepter l’échec, apprendre de ses erreurs et recommencer.
Aujourd’hui, nous avons l’impression que l’échec est « fatal », et que la réussite est le seul moyen de s’en sortir. Si l’on ne réussit pas, on n’arrive à rien, on n’est rien. Voilà l’image que nous donne notre société aujourd’hui… Quel dommage !   Si vous aussi vous avez un super projet et surtout une motivation à toute épreuve, participez vite à la nouvelle édition du #HypeAwards.  4 catégories : 
  • Business Punk (pépites entrepreneuriales)
  • Healthy (initiatives liées à la santé)
  • 2gether (projets associatifs et solidaires)
  • Espoirs (moins de 16 ans)

Un jury composé de Digischool, Wizbii, Melty et Maddyness vont décerner ces 4 HYPE Awards.

Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 1er avril et vous pouvez postuler en quelques clics ici. Cette année, remportez un Mac, Un permis de conduire ou encore une forte visibilité et démarquez vous dans les locaux de Google hype   Le programme de la soirée