Lilou Ruel, star du parkour et freerunning à 17 ans nous partage ses secrets ! - La Ruche par WizbiiDécouvrez le parcours de Lilou, jeune et talentueuse Freerunner de 17 ans qui nous livre son expérience ainsi que sa passion pour le Parkour !

Comment dépasser les 100K abonnés sur les réseaux sociaux ? Lilou Ruel, star du parkour et freerunning à 17 ans nous partage ses secrets !

Découvrez le parcours de Lilou, jeune et talentueuse Freerunner de 17 ans qui nous livre son expérience ainsi que sa passion pour le Parkour !

Hello Lilou, peux-tu te présenter à nos lecteurs ? 

Je m’appelle Lilou Ruel, J’ai 17 ans, je viens de Toulouse et je pratique le parkour et freerunning depuis maintenant 7 ans. J’ai participé à des championnats du monde plusieurs fois et je compte faire de cette discipline mon métier plus tard. 

Peux-tu nous expliquer ce qu'est le parkour/freerunning ? 

Le parkour et le freerunning sont 2 disciplines différentes mais que l’on regroupe car l’une et souvent pratiquée avec l’autre. 

Le parkour consiste à se déplacer le plus rapidement possible d’un point A à un point B en traversant les obstacles sur ton chemin. 

Le freerunning c’est tout ce qui consiste à faire des saltos, des vrilles, du flow.

D'où te vient cette passion et ce don pour le parkour ? 

J’étais déjà très énergique quand j’étais petite et j’avais un trampoline à la maison ou je m’entraînais déjà aux saltos. J’avais donc déjà des bases. Et il se trouve que mon voisin pratiquait déjà le freerunning dans un club. Il m’a donc demandé si ça m’intéresserait de rejoindre ce club. Depuis ce moment là je n’ai jamais arrêté de pratiquer. 

Tu as participé à la Red Bull Art Of Motion 2019, comment as-tu vécu cette expérience ? 

J’ai participé à Red Bull AOM dans des conditions disons peu propices. J’étais blessée, malade et c’était la première fois que cet événement se déroulait à un nouvel endroit. L’organisation était donc compliquée. Hormis toutes ces complications, j’ai vécu mon rêve d’enfant et c’est une expérience que je n’oublierai jamais. J’ai malheureusement fait des erreurs lors de mon passage, mais je prends ça comme des leçons qui me permettront d’atteindre la première place la prochaine fois. 

Comment as-tu réussi à te faire connaître et te faire une place dans l'univers du parkour ?

Tout d’abord le fait que je sois une jeune fille m’aide énormément à être connue sur les réseaux. De plus en 2015, mon voisin (le même qui m’a permis de rentrer au club) a fait une vidéo de moi pratiquant du freerunning. Cette vidéo à bien buzzé (100k YouTube, centaines de milliers de vues sur Facebook) et à partir de là je commencé à être connue sur Instagram. 

Depuis cette vidéo j’ai continué de poster très régulièrement des vidéos sur les réseaux qui m’ont permis d’avoir une communauté. De plus les compétitions, reportages TV, interviews et un post sur le compte Instagram Officiel m’ont permis de me faire une place dans le Top 10 des freerunneuse les plus connues du monde.

Tu es actuellement étudiante au Lycée, comment partages-tu ton temps entre ton activité de freerunner et tes études ?

Cette année (première) ça a été très compliqué de gérer les deux. Étant arrivée à un niveau pro, j’ai donc besoin d’énormément de temps pour mes étirements, renforcements et entraînements. C’est donc très compliqué de faire les 2 lorsque je finis à 5 et 6h toute la semaine. Je dois donc bien sûr privilégier les études pour l’instant, et je passe moins de temps sur les étirements et le renforcement. En revanche, dès que j’ai du temps dans mon emploi du temps, je l’utilise à bon escient ! C’est pour cela que le confinement a été très favorable pour mon amélioration. 

Tu as plus de 100 000 abonnés sur Tiktok, as-tu une stratégie particulière pour faire connaître tes vidéos sur les réseaux sociaux au plus grand nombre ? 

Je ne m’attendais clairement pas à être aussi connue sur ce réseau social. Je ne suis pas aussi sérieuse que sur Instagram, je poste un peu n’importe quoi, et pourtant en seulement quelques mois j’ai 40K abonnés de plus que sur instagram. 

Je pense qu’il n’y a pas de secret, poster régulièrement du contenu original est LA méthode pour se faire connaître sur tous les réseaux sociaux. Et mon astuce à moi, c’est de le faire avec amour ! 

Quels sont tes projets pour le futur ?

Mes projets n’ont pas changé depuis le début : être cascadeuse et vivre de ça et gagner Red Bull AOM. 

Je dirais que ce sont les 2 plus gros projets qui m’obsèdent depuis des années. 

Parce que oui, sans obsession ni passion personne n’a jamais réussi à réaliser ses rêves. 

Quelles sont les personnes qui t’inspirent et te motivent au quotidien ?

Il y a énormément de freerunners filles et garçons qui m’inspirent et me poussent à me surpasser dans ce que je fais, à tenter des nouvelles figures et des nouveaux styles. Il y a aussi une cascadeuse américaine Lucy Rombert, qui m’a donnée envie de faire ce métier incroyable.

Sinon de façon générale, je m’inspire énormément des personnes qui ont réussi en partant de zéro, à construire un empire en croyant en leurs rêves. 

En ce moment je m’intéresse beaucoup à la vie de Kobe Bryant, et lorsque j’écoute ses interviews c’est à ce moment que je me dis que tout est possible ! 

Qu’est-ce que tu dirais aux jeunes lecteurs de La Ruche qui ont une passion dans le sport pour les aider à se lancer ?

N’ayez pas peur d’échouer, ne prenez pas les défaites comme des défaites mais plutôt comme des réussites. Parce que c’est en chutant que vous apprendrez. 

Connaissez vos limites. Ne tentez rien que vous ne maîtrisez pas. Et surtout prenez le temps d’apprendre ! 

N'hésitez pas à contacter ou suivre Lilou sur ses réseaux sociaux Instagram et TikTok

rédigé par :

Maryam Orion

le 05 octobre 2020

Articles recommandés

image

22 oct., Maryam Orion

22 oct. 2020,

Maryam Orion

APL : Prime de 150€ pour certains jeunes !

Pour lutter contre la précarité étudiante, Emmanuel Macron a annoncé qu'une aide de 150€ sera versée aux 400 000 jeunes qui touchent les APL et aux étudiants boursiers !

image

13 oct., Maryam Orion

13 oct. 2020

Covid-19 : La santé mentale des étudiants mise à mal ?

D’après l’étude « I-Share » du professeur Christophe Tzourio, épidémiologiste à l’Université de Bordeaux qui s’intéressé à la santé des étudiants, un constat alarmant a émergé : les étudiants ont des risques doubles de dépression, d’anxiété.

image

21 sept., Maryam Orion

21 sept. 2020

5 universités françaises dans le top 100 au classement de Shanghai 2020 !

Comme tous les ans depuis 2003, l’organisation Shanghai Ranking Consultancy publie le classement des meilleures universités du monde. Et cette année, 5 universités françaises dans le top 100 !

Derniers articles