Interview de Hadrien Gremillet, Co-Fondateur de Appoke

Interview de Hadrien Gremillet, Co-Fondateur de Appoke
Bonjour à tous. Hadrien Gremillet, jeune entrepreneur et co-fondateur de Appoke : Plateforme de distribution d’applications pour Smartphone Android, nous livre son témoignage sur son expérience de creation d’entreprise. Peux-tu te présenter ? Je suis Hadrien Gremillet. Après avoir été diplômé des Mines de Saint-Etienne en 2008, j'ai intégré l'Essec en admission sur titre. Je termine mes derniers cours à l'Essec et crée une entreprise en parallèle avec un ami de prépa diplômé de Central Paris (Stéphane Guérin) et un de ses anciens collègues diplômé en informatique de Paris VI (Kieu Anh Tuan). Peux-tu nous présenter ton entreprise ? Appoke est un marché d'applications pour appareils mobiles Android. Le problème est que les systèmes classiques de classement par nombre de téléchargements ou par catégories ne sont plus suffisants pour explorer le nombre important d’applications disponibles. Il est donc 1) difficile pour un utilisateur de trouver les applications spécifiques, adaptées à ces besoins et 2) difficile pour un développeur de faire connaitre son application. Appoke propose un marché orienté sur la découverte d’applications. Le bouche à oreille est l’un des principaux vecteurs de découverte d’applications : Appoke est le premier marché intégrant ce bouche à oreille grâce à un réseau social. Les utilisateurs peuvent suivre l’activité de leurs amis sur un flux d’actualité, visiter les profils utilisateurs de leurs amis et se recommander des applications grâce à des notifications instantanées Dans le même temps, les développeurs peuvent diffuser leurs applications au sein d’une communauté particulière, utiliser le réseau social pour gagner en viralité et communiquer directement avec les utilisateurs. Nous sommes membres de l'incubateur de l'Essec depuis avril 2010. Appoke a été créée en juin 2010 et ouvert au public en octobre 2010. Notre premier investisseur extérieur est entré au capital en décembre 2010, il s'agit d'ITCapital.  Nous sommes Lauréats Scientipole Initiative depuis janvier 2011. Aujourd’hui Appoke propose prêt de 3000 applications et plus de 10 000 utilisateurs ont ouvert un compte. Tu as créé ta boite à la fin de tes études : pourquoi choisir la voie de l’entrepreneuriat plutôt qu’une autre ? L'entrepreneuriat m'a toujours attiré. J'avais déjà suivi des cours dans ce domaine aux Mines et à l'Essec. J'ai aussi fait un stage de 5 mois dans une startup américaine pendant lequel j'ai été chargé de rédiger le business plan. Ce qui me plait dans l'entrepreneuriat c’est l'aspect généraliste (on touche un peu à tout donc on apprend sans arrêt et on ne s'ennuie jamais!), créer et faire grossir quelque chose et le fait que ce soit le marché qui juge directement la pertinence de mon travail et/ou de mes décisions. Et dans Appoke c’est le domaine car j'ai toujours été un peu geek et attiré par les Smartphones (je bidouillais mon téléphone Windows Mobile wifi-GPS-tactile avant la sortie du premier iPhone) et la possibilité de travailler avec Stéphane et Tuan avec qui je m’entends très bien. Ton entreprise existe maintenant depuis presqu’un an, quel est ton meilleur souvenir ? Elle existe depuis juin 2010 mais on a commencé à travailler sur le projet dès la fin 2009. Plusieurs meilleurs souvenirs! A chaque fois que des gens croient au projet finalement. Il s'agit principalement: - De notre premier partenariat: un constructeur qui préinstalle Appoke sur ses tablettes en tant qu’app store par défaut. - De notre première ouverture du capital: les investisseurs ont cru au projet et nous ont fait confiance. - Du jour où nous avons été lauréats Scientipole Initiative: il fallait convaincre un jury d'une vingtaine de personnes, ce n'était pas gagné! Les erreurs font également partie du processus d’apprentissage : un conseil en particulier sur les choses à éviter ? Prendre des marges de sécurité sur les estimations de temps de développement! S'entourer des bonnes personnes (avocats, experts comptables) mais comprendre ce qu'ils font pour suivre. Ne pas voir le projet comme quelque chose de linéaire mais le découper en bloc et évaluer les besoins en financement de chaque bloc. Merci à Hadrien pour cette interview.