Etudiants, ils lancent un média pour faire émerger des pépites musicales

Etudiants, ils lancent un média pour faire émerger des pépites musicales

Il existe plein d'artistes musicaux super talentueux, et pourtant, on écoute tous les mêmes ! 7 étudiants mélomanes ont décidé de changer les choses en lançant Indeflagration : Un média musical conçu par des étudiants pour mettre en avant et faire émerger des pépites (trop) peu connues. Rencontre avec Dorian, étudiant de l'ESSEC et co-fondateur de la start-up.

Hello, dis-nous un peu, qui se cache derrière Indeflagration ? 

L’équipe Indeflagration, ce sont 7 amis mélomanes, réunis autour de ce projet par notre passion commune pour la musique un peu « hors sentiers battus ».

Nous sommes tous étudiants à Paris ou en région parisienne dans des cursus différents : Romain, Alicia, Paul et moi sommes à l’ESSEC, Eloi est à HEC, Aurélien à Paris VI en biologie et Sacha à l’Université Catholique de Paris en histoire. Nous écrivons tous sur le site avec nos pseudonymes absurdes (on vous laisse deviner qui est qui) et participons aux différentes activités de l’entreprise sans vraie spécialité mais certains ont plus d'affinité pour certaines missions. Indeflagration, studio, musique, artistes, jeunes, étudiants, start-up, talent Qu’est-ce qui t’a poussé à entreprendre en étant encore étudiant ?

Je crois que cela s’est fait par la force des choses. Indeflagration était à l’origine mon premier « test WordPress », avec l’envie de partager des musiques que j’aimais et qui méritaient d’être plus connues selon moi. C’est toujours le mantra d’Indeflagration.

Quel est le concept d’Indeflagration ?

Quand on parle du loup ! C’est très simple et très compliqué à la fois. Indeflagration, c’est un peu ton compagnon de découvertes musicales insoupçonnées. Il prend la forme d’un média de partage de musique qualifiée d’« indépendante & rétro », très subjectif dans le sens où nous ne partageons que des morceaux et albums que nous aimons.

Nul besoin de trier entre les bonnes et les mauvaises critiques, nous ne parlons que de pépites fortement appréciées par l’équipe, et ce de manière totalement dé-corrélée de l’actualité. On n’hésite pas à publier des vieilleries complètement oubliées sur la face B d’un obscure 33 tours par exemple.

Nous adoptons une position détonante, préférant parfois raconter des histoires et décrire la barbe du musicien plutôt que le déroulé précis d’un concert. Indeflagration, studio, musique, artistes, jeunes, étudiants, start-up, talent C’est un peu plus que quelques mots pour décrire Indeflagration mais bon… Je pense que vous avez saisi l’idée, non ?

Ah oui, nous migrons aussi de plus en plus vers un média multi-supports avec la création du Studio Flagrant (studio de captation de sessions live et acoustiques où nous avons reçu notamment Pete Yorn, The Boxer Rebellion, Johnny Borrell de Razorlight, Debout sur le Zinc, Plants and Animals etc.) et l’organisation de concerts. Indeflagration, studio, musique, artistes, jeunes, étudiants, start-up, talent Pourquoi avoir choisi ce nom ? Que signifie-t-il ?

Oh le choix s’est très vite fait, et après, c’était trop tard ! J’avais envie de donner cette idée d’« indépendant », et j’aime bien les jeux de mots. Alors c’est devenu Indeflagration. Cela a littéralement, intellectuellement mis 10 secondes à se former dans ma tête. Le lendemain, j’ai réalisé que cela aurait pu s’appeler Indéluge.

Comment t’es venue cette idée de média musical ? Qu’est-ce qui t’a inspiré ?

J’avais depuis longtemps envie de créer un site web et je suis tombé par hasard sur un tutoriel WordPress un soir très tard. Le sujet qui m’intéressait le plus étant la musique peu connue et méritant de l’être, j’ai choisi de partager chaque jour un morceau un peu spécial que j’aimais particulièrement. Le rythme de publication était difficile à tenir, et rejoint rapidement par deux amis (Aurélien aka Indésilver et Alicia aka Flagrant Délice), nous avons gardé cette cadence… 3 mois.

C’est ensuite que le projet a évolué avec de nouvelles rubriques (Parallèle flagrant, Rétro du mardi, Playlists interactives), les idées des uns et des autres, de nouveaux projets, des articles plus creusés, et toujours la même perspective : faire découvrir des morceaux peu connus ou oubliés, et qui mériteraient d’être mis en lumière.

La musique, une passion commune ?

Complètement. Même si notre amitié ne part pas spécialement de la musique, nous avons toujours écouté beaucoup de musique et nous sommes tous musiciens (plus ou moins bons. Je ne fais pas partie des bons.) Notre fréquentation de concerts et festivals a été multipliée par environ 10 depuis un an, et c’est un véritable bonheur !

Peux-tu nous présenter 2 ou 3 pépites musicales que vous êtes particulièrement fiers d’avoir repérées avant leur célébrité ?

Christine & The Queens d’abord. J’ai écouté son premier single Nuit 17 à 52 quand il n’avait encore que 10.000 vues et j’ai senti tout de suite que c’était vraiment nouveau. Un peu de la même manière, j’ai acheté le premier album d’Alt-J à sa sortie, par hasard au rayon Indépendants de la Fnac. C’est tout de suite devenu un de mes groupes préférés, mais je n’imaginais pas qu’ils auraient autant de succès par la suite !

Et puis sinon, on espère pouvoir dire dans quelques années que nous avons repéré les artistes de notre premier concert (l’américain Ryley Walker et les français de Thousand) bien avant une célébrité à venir… Indeflagration, studio, musique, artistes, jeunes, étudiants, start-up, talent Quel est votre business model ?

Nos revenus – très modestes mais suffisants pour investir dans des projets - sont fondés sur un peu de publicité via le site web Indeflagration. Nous accompagnons également un artiste (Le Prince) dans son développement (management, communication, booking). Il enregistre actuellement son 1er EP après un Kickstarter réussi !

Les concerts nous permettront sans doute de dégager un peu de fonds à l’avenir, qui nous permettront de financer des projets plus ambitieux. Nous envisageons également de nous rémunérer grâce aux sessions que nous faisons au Studio Flagrant, en y produisant les vidéos et le son d’artistes émergents.

Avez-vous des concurrents ? Si oui, comment vous démarquez-vous de ces derniers ?

Il y a des dizaines et des dizaines de webzines musicaux, non seulement en France, mais rien que sur Paris ! C’est quelque chose dont je n’avais pas du tout conscience au début. J’essaie de ne pas les voir comme des concurrents, mais plutôt comme de potentiels partenaires.

J’ai même tenté de lancer un réseau de webzines musicaux. Nous avons initié plusieurs collaborations avec certains webzines (Opus, Amalgame Musical, AOW etc.) mais aussi avec des start-ups du milieu musical (dont notre préférée Soundsgood).

Je pense que Indeflagration se démarque sur 2 points principaux :

Le fait que nous nous détachions de l’actualité pour partager les musiques que nous aimons sous forme d’histoires détonantes. En s’extrayant de la dictature de l’actualité, nous avons pu notamment lancer la rubrique Rétro du mardi qui rencontre un grand succès ! Les Inrocks nous ont même proposé un jeu-concours en partenariat, autour d’un Rétro du mardi spécial Beat Generation

♦ Notre approche multi-supports, à la fois webzine, studio de sessions vidéo, organisation de concerts… C’est quelque chose qui ne se fait aujourd’hui que chez des webzines plus expérimentés. Et je pense que nous marquons une volonté assez unique de faire communiquer ces différents types de contenus entre eux, d’innover dans la manière d’exposer les contenus. Notre format est loin d’être figé !

Comment vous êtes-vous financés lors de vos débuts ?

Nous avons financé notre projet sur nos fonds propres. Mais nous sommes à l’équilibre sur notre premier exercice, donc on peut dire que nos premiers revenus financent nos nouveaux projets !

De quelle manière comptez-vous continuer à vous faire connaître ?

Écrire des articles, produire des sessions, organiser de nouveaux concerts (le gros succès du premier nous a vraiment mis un coup de boost)… Tout ceci avec une véritable identité, qui puisse fédérer autour de nous des passionnés et faire de nous une source de musique (et donc de bonheur) au quotidien.

Quels sont les futurs objectifs pour Indeflagration ? A quand l’application ?

Après le studio il y a un an, nous avons organisé notre 1er concert en juin dernier, la Déflagration #1 réunissant l’incroyable folkman américain Ryley Walker et le groupe pop-folk éclectique Thousand à Petit Bain.

Nous n’avions pas forcément l’intention d’organiser un concert. Alicia et moi avons découvert Ryley Walker complètement par hasard à New York grâce à une compil d’un magazine US. On est tombés sous le charme immédiatement. On a tout de suite regardé s’il passait en concert en France, et voyant que non, nous nous sommes regardés. Puis j’ai envoyé un mail à son manager et son bookeur, et ça s’est fait comme ça !

Le jour J, on n’imaginait pas du tout que ce serait un tel succès. Les gens sont venus en nombre (près de 300) et ont littéralement adoré les deux groupes. Indeflagration, studio, musique, artistes, jeunes, étudiants, start-up, talent Nos futurs objectifs sont de consolider nos différents projets et réfléchir à des moyens de mieux les associer ! On aimerait aussi beaucoup mettre en place des collaborations intéressantes et que notre site web puisse devenir une véritable plateforme où nos lecteurs se plairaient à se perdre pendant des heures…

Pour l’application, on en a vraiment envie. On ne sait juste pas encore très bien comment procéder. La Ruche, si vous avez des idées ou de jeunes développeurs intéressés par le projet à nous conseiller, on est preneurs !

As-tu une phrase fétiche à partager qui te motive dans ta vie d’entrepreneur ?

Tente toujours, même si ça paraît fou, tu n’as rien à perdre.

Et si tu appréhendes de contacter quelqu’un en direct, commence par shooter un mail, puis par passer un coup de fil, c’est plus facile et ça marche souvent ! C’est comme ça que nous avons pu avoir nos premiers artistes géniaux en session, nos premières accréditations et les groupes de notre premier concert !

Si tu es emballé par ton projet, les personnes le sentent. Tout peut fonctionner.

Merci d'avoir répondu à nos questions Dorian ! Vous aussi vous avez un projet ? Rendez-vous sur Wizbii pour le faire décoller !