Etre heureux au travail : les bonnes choses à retenir du Modèle Danois

Etre heureux au travail : les bonnes choses à retenir du Modèle Danois

Le Danemark est un petit pays de 5,5 millions d’habitants qui fait souvent parler de lui. Plus récemment, le hygge danois, cette philosophie qu’il faut apparemment à tout prix adopter pour être heureux, fait fureur en France. Et n’oublions pas Lego, Mærsk ou encore Velux et Skype qui font la fierté des Danois. L’économie danoise, malgré la crise de 2008, se porte très bien. Le taux de chômage est à 4,2%, le pouvoir d’achat y est élevé et le système assure à ses habitants une sécurité importante. Le Danemark comprend deux fois moins d’habitants que l’Ile de France, affiche 113 jours de pluie par an et ses journées d’hiver n’offrent que 7 heures de lumière. Et pourtant, les Danois sont toujours au top des classements des plus heureux au monde et le Danemark est, lui, toujours en tête des pays les plus favorables à l’entrepreneuriat.

Mais que peuvent-ils donc bien faire pour se porter aussi bien ?

Un management opéré avec une distance hiérarchique faible

« Tu ne dois pas croire que tu es quelqu’un de spécial »

Ainsi commence la loi de Jante. La loi de Jante n’est pas une loi écrite, mais une tradition que tout Danois se doit de respecter. Cette loi de Jante est la parfaite illustration du besoin d’égalité des Danois. Alors que certaines cultures ont une haute tolérance face aux inégalités (ce sont ces mêmes cultures qui exposent généralement un management très hiérarchique), les Danois, pour leur part, se veulent égaux. Ainsi, afficher sa richesse est mal vu, les salaires sont assez bien répartis et les classes sociales quasi-inexistantes.

Ce besoin d’égalité se retrouve dans le management des entreprises danoises. La distance hiérarchique entre patrons et employés est faible. Le vouvoiement n’est pas utilisé (le vouvoiement au Danemark n’est utilisé que pour une seule personne : la reine – dans les autres cas, le tutoiement sera utilisé). Le patron est appelé par son prénom comme tout autre employé.

Une confiance sans faille

Généralement, les entreprises accordent une grande confiance à leurs employés. Le Danemark est (aussi) le pays le moins corrompu au monde.

Les Danois se font confiance.

Il est assez normal de laisser la liberté aux employés de prendre des initiatives, de faire des erreurs et d’apprendre de ces dernières pour prendre de meilleures décisions la prochaine fois. La prise d’initiative est même très appréciée. « Ce sont les employés qui créent les règles et les opportunités d’une entreprise » explique Mads Hvidberg, 31 ans et directeur d’une entreprise danoise. 

Le bien être des salariés au coeur des préoccupations

De plus, les entreprises font beaucoup pour que les employés se sentent bien. Il est généralement reconnu qu’un employé qui se sent bien est un employé qui sera prêt à s’investir dans son travail. Les entreprises n’hésitent donc pas à organiser des évènements, des repas, une pause gymnastique de 10 minutes par jour ou faire intervenir des professionnels pour apprendre à travailler ensemble et mieux connaître les profils de ses collègues. L’harmonie est importante et les Danois sont en général assez créatifs quand il est question d’égayer la vie quotidienne au travail qui, il faut le dire, peut parfois devenir monotone.

Flexibilité à tous niveaux

La flexibilité est également une particularité de la société danoise. Les entreprises sont, d’ordinaire, très flexibles envers leurs employés. Qu’il s’agisse des horaires de travail, de la possibilité de travailler de chez soi si besoin, ou bien de la possibilité de se rendre à un rendez-vous personnel sur son temps de travail et de récupérer ses heures plus tard.

Responsabilité sociétale

Enfin, la culture d’entreprise danoise attache une grande importance à la responsabilité sociétale des entreprises. De nombreuses entreprises considèrent, par exemple, qu’il est de leur responsabilité d’éviter l’éviction sociale et s’engagent à embaucher sous de multiples conditions. Certaines personnes sont, par exemple, embauchées sous des conditions plus flexibles et adaptées à leurs besoins. 

L’entrepreneuriat : un style de vie qui ne fait pas peur aux Danois

Un cadre encourageant pour les entrepreneurs

Et pour les Danois qui n’arrivent pas à s’épanouir en tant qu’employés, le Danemark offre, également, un cadre sécurisant et encourageant pour les entrepreneurs. Avec un système protecteur et généreux, une économie fleurissante, un taux de chômage bas et un pouvoir d’achat élevé, les entrepreneurs n’ont pas peur de se lancer. La prise d’initiative et l’esprit entrepreneurial sont encouragés dès les débuts de la scolarité. En effet, très tôt, les enfants sont encouragés à exprimer leur créativité et à prendre leurs propres décisions afin de développer leur confiance en soi, ainsi que leur capacité à prendre des initiatives. Plus tard, les lycées et les universités proposent de nombreux cours sur l’innovation et l’entrepreneuriat. Dans ces cours, les élèves sont conseillés quant à la création d’entreprise et les élèves qui ont déjà créé leur entreprise reçoivent l’aide dont ils ont besoin pour avancer. Dans de nombreuses filières, la création de son entreprise est également possible comme stage de fin d’année.

La création d’entreprise est une tendance au Danemark. De nombreux jeunes danois ont déjà essayé de créer leur entreprise ou possèdent leur propre entreprise. Le fait est qu’il est extrêmement facile de créer son entreprise. Tout se fait en ligne. En 10 minutes et quelques clics, vous pouvez obtenir votre numéro de Siret et débuter votre activité. De nombreuses entreprises sont créées chaque année. Certaines seront un succès, d’autres seront un échec qui garantira, cependant, une plus belle réussite dans les projets prochains.  

Pour conclure, je dirai que la confiance en soi, en l’autre, ainsi que l’importance accordée au bien-être contribuent au succès des Danois à combiner réussite économique et bonheur personnel. Les entreprises ont compris que leurs employés étaient la clef de leur succès et que leur investissement était étroitement lié à leur bien-être. Et parce que l'innovation est primordiale pour l'économie de ce petit pays, la création d'entreprise y est largement facilitée. Chaque année, des milliers d'entreprises sont créées. Et c'est parmi ces milliers de nouvelles entreprises que naissent les futurs piliers de l'économie danoise.  

 

Article rédigé par Cécilia Vadé de Moneybanker en exclusivité pour La Ruche.