Quel joueur de l’équipe de France es-tu au travail ?

Quel joueur de l’équipe de France es-tu au travail ?

À l’occasion de la coupe du monde 2018, le football est mangé à toutes les sauces (au grand malheur de ceux qui ne le portent pas aux nues). Pour notre part, nous prenons un malin plaisir à l’associer au monde de l’emploi. Aujourd’hui, l’objectif est de savoir à quels joueurs de l’équipe de France correspondent certains profils au travail. 

Le nouveau (fonctionne aussi avec le stagiaire)

Faire connaissance avec le personnel déjà en place, accepter le surnom donné par ses collègues, trouver ses repères, s’expérimenter, pour enfin devenir un élément-clé ! Tel est le processus d’insertion du nouveau venu. Au premier abord discret, c’est progressivement qu’il comprend le métier et évolue en même temps que son statut.

Benjamin Pavard correspond bien à ce profil.  

Tout juste arrivé en équipe de France le 10 novembre 2017, lors de sa première sélection et de son entrée en jeu face au Pays de galles, le jeune joueur de Stuttgart a tout du parfait stagiaire. Son ascension fulgurante au sein des bleus, certes aidée par la blessure de Djibril Sidibé, lui a permis de s’affirmer face à l’Australie en coupe du monde comme un latéral de qualité. Victime de son talent et de la sérénité qu’il dégage, Benjamin Pavard devrait débuter ce jeudi le match face au Pérou. En revanche, il n’est pas encore parvenu à se débarrasser du surnom « Jeff Tuche » donné par son collègue Adil Rami…

Le blagueur

Mais si, tu sais celui qui aime faire rire les collègues et les chambrer quand il estime qu’ils le méritent. Le blagueur aime se mettre en scène à travers diverses boutades qu’il confectionne sur le tas ou en amont lors de son temps libre. La régularité de ses blagues permet généralement à ses collègues de connaître ses moments d’agissement. C’est à croire si le blagueur ne tient pas secrètement un planning éditorial. Il peut intervenir le matin lors du salut des collègues, lorsqu’il s’ennuie, à la pause du midi, en milieu d’après-midi lorsque tout le monde est en plein rush (il s’en fiche tant que lui ne l’est pas) ou encore le vendredi à l’approche du week-end. Bref, c’est lui qui gère et si tu ne veux pas rire, il te fera rire quand même. Attention, il n’en reste pas moins professionnel lorsqu’il le faut.

Nous avons nommé Benjamin Mendy.

 

Si tu es consciencieux au travail et dans les missions qui te sont confiées mais que tu es doté d’un humour favorable à la bonne humeur et à la cohésion de ton équipe, alors tu as tout de Benjamin Mendy. Le joueur de Manchester city excelle autant au poste d’arrière droit que dans la plaisanterie. En équipe de France comme en club, il est reconnu, outre son talent, pour sa folie hilarante en dehors des terrains. C’est ce qui fait de lui une personnalité adorée dans une équipe. En bon Benjamin Mendy que tu es, veille quand même à rester professionnel.

Le trop confiant

Nous avons tous un collègue trop sûr de lui au bureau. Il estime avoir la science infuse et le démontre vertement lors d’une conversation banale, quand il n’est pas d’accord, à travers ses blagues, en réunion, bref tout est prétexte à se mettre en avant pour le collègue trop confiant. Néanmoins, à trop vouloir s’affirmer, il se brûle parfois les ailes. Son assurance lui vaut une place particulière au sein de la critique. En effet, lorsqu’on prétend être bon, encore faut-il le démontrer…

Nous désignons Paul Pogba.

Sur le terrain ou ailleurs, Paul Pogba dégage cette image du joueur serein et talentueux. Outre ses déclarations proches de l’arrogance, il jouit d’une image médiatique importante en raison de sa manière de jouer, de son style vestimentaire remarquable ou encore de ses multiples apparitions sur les réseaux sociaux ou dans des spots publicitaires ; mais qui tend parfois à se retourner contre lui. C’est d’ailleurs en cela que les média accordent une attention particulière à ses performances sur le terrain. Et le français ne fait pas souvent l’unanimité du côté de la critique.

Le réservé

Le réservé n’est pas très démonstratif mais n’en reste pas moins performant pour autant. C’est un peu celui sur qui l’équipe peut compter. Il a le sens du devoir. Il est fidèle à ses collègues et n’a jamais un mot plus haut que l’autre. Le réservé est humble et très respectueux. Il se bat pour l’équipe.

Qui d’autre que Monsieur N’Golo Kanté ?

Son poste de milieu relayeur lui va à merveille. Être milieu relayeur signifie se sacrifier pour les autres. Sur le terrain, N’Golo Kanté ne compte pas ses efforts et distille des ballons avec générosité.

Le bosseur  

Le bosseur se distingue dans un premier par son temps passé travail. Il est le premier arrivé et le dernier parti. Il a soif de grandir et parfois trop vite. Il sait ce qu'il vaut et s'applique dans l'exécution de ses tâches. Il attire car il ne recule devant rien. Son ambition lui permet de gravir les échelons avec facilité. Il a de ce fait le respect de ses collègues au travail.

Nous avons nommé Kylian Mbappé.

S'il y a quelque chose qu'on ne peut pas lui enlever, c'est bien sa motivation. Kylian Mbappé le montre vertement chaque jour que ce soit en match, à l'entrainement ou en interview. Du haut de ses 19 ans, il témoigne d'une forte détermination. Et c'est à force de travail (un peu de talent tout de même) qu'il est aujourd'hui considéré comme l'un des joueurs les plus prometteurs de sa génération.  

C'en est fini des profils au boulot associés aux joueurs de l'équipe de France ! On espère que tu corresponds à un joueur que tu affectionnes !