Entreprendre avec un membre de sa famille : une bonne idée ?

L’adage dit que « Mieux vaut être seul que mal accompagné ». Enfin, quand on est bien entouré c’est quand même plus agréable, surtout quand cela implique des investissements personnels et financiers conséquents. Mais comment avoir une team qui cartonne ? Notre auteur invité du jour, Julien Rocher, de Le Légaliste va plus précisément s'intéresser à la question de s'associer en famille. Est-ce une bonne idée ? C’est ce que nous allons tenter de découvrir au fil de cette analyse !

Vous n’êtes pas seul.

Soyez accompagné ! Si vous vous lancez à l’aveuglette dans la création d’une entreprise, il faut être au fait de toutes les tâches que vous aurez à accomplir (marketing, technique, communication, juridique, technologie, commerce, finances) et le défi pour une seule personne est - non pas impossible - mais difficile à relever. Nous sommes des êtres humains, nous devons par conséquent manger, boire, dormir, et éventuellement passer du temps avec nos proches pour nous détendre, avoir une activité physique pour nous défouler. De nos jours, il est tellement simple de trouver un partenaire idéal : les échanges dématérialisés sur Internet favorisent la rencontre entre entrepreneurs aux compétences complémentaires. Wizbii propose de découvrir des profils d'autres entrepreneurs sur son réseau et de visualiser le potentiel que chaque individu peut apporter à votre activité grâce à la possibilité de pouvoir échanger. De ce fait, il n’est pas incensé de dire que l’auto-entreprise où l’on gère tout, toujours tout seul ad vitam eternam est relativement invivable. Il faut pouvoir déléguer, confier des missions à des collaborateurs, sans pour autant perdre de son importance au sein de l’équipe. Pour cela, il faut combiner les personnalités et s’ouvrir aux avis d’autres personnes qui ne seront pas forcément tout le temps d’accord avec votre vision des choses. Mais si elles ne le sont pas, peut-être que cela ne plaira pas non plus aux clients. Mettre de l’eau dans son vin, telle devrait être la devise de chaque entrepreneur, qui devra se montrer compréhensif, souple et accessible, tout en gardant son affaire d’une main de fer et en ne se laissant pas marcher sur les pieds.

Travailler en famille

Je signe pour ...

On peut facilement envisager de monter sa boîte avec des membres de sa famille : on les connaît bien, on sait ce qu’ils valent, sont de fiables et fidèles collaborateurs. Plus que tout, en cas de tension, on a un moyen de pression imparable et compromettant si le cousin Bertrand commence à prendre le melon : on ressort les photos d’enfance de l’album de mémé. Sur la première, il porte un tutu rose à froufrous et sur la deuxième, il est déguisé en jeune fermière, façon « Petite maison dans la prairie ». Les entreprises familiales ont toujours existées : les « self made men » qui ont érigé de belles et grandes entreprises (type Auchan avec la famille Mulliez) ont pour principal désir de léguer le fruit de leur labeur à leur progéniture. C’est un cadeau magnifique, et par-dessus tout il est fédérateur. Comme le dit Vianney Mulliez, président du groupe Auchan, « au sein d’une structure familiale, les gens se sentent responsables du devenir de l’entreprise. » D’ailleurs, une récente étude a décrété que « les entreprises familiales faisaient preuve d’une capacité de résistance supérieure aux autres dans la durée. » Qu’est-ce que cela prouve ? Que les relations entre les membres d’une équipe dirigeante peut être un facteur décisif pour la réussite d’une entreprise familiale. Par ailleurs, il convient de souligner le fait qu’une entreprise dirigée par les membres d’une même famille est la forme la plus ancienne de collaboration. Pourquoi ? Parce que l’histoire prouve que ce type de collaboration est une garantie de pérennité et de rentabilité. L’affect intervient, les associés d’une entreprise familiale se sentent davantage engagés et s’investissent plus que dans une entreprise quelconque. Le management, quant à lui, est plus flexible, plus avantageux, il permet une meilleure cohésion entre l’équipe et cela ne peut être que bénéfique pour l’entreprise, du fait que la hiérarchie soit plus compréhensive. Les absences et les retards sont moins fréquents, l’image de l’entreprise est valorisée, les postes du personnel sont plus facilement maintenus : l’entreprise familiale présente en effet des avantages incontestables. Ce sont la capacité et les performances d’une équipe qui vont déclencher les bénéfices de l’entreprise.

… mais je reste prudent

Bien que la gestion soit prudente, le huis clos familial peut rapidement tourner au clash : une vieille rancune peut refaire surface, un désaccord peut survenir et c’est le drame. L’entreprise familiale est très solide quand les membres sont soudés et qu’ils s’entendent à la merveille, mais ce cas est plus rare qu’une entreprise familiale aux mésententes fréquentes. Les règles doivent être établies dès le départ afin d’éviter les abus et de ne pas avoir à faire aux sempiternels « Mais c’est Bruno, tu le connais on ne le changera pas ». Si Bruno veut faire des parties de belote à 15h tous les deux jours avec ses copains au troquet du coin, il va falloir mettre les pendules à l’heure à partir de la création de la société : la structure d’une entreprise doit être définie et les responsabilités sont à déterminer parmi tous les membres de l’équipe, qui doivent les approuver. Le code de déontologie est une garantie - superficielle, certes – de bonne entente et de conservation des relations entre les membres de l'équipe, et donc de la famille. La frontière entre le privé et le professionnel est très mince, et facilement franchissable. Il faudra bien savoir faire la part des choses et ne pas tout mélanger. Bien sûr, c'est plus facile à dire qu'à faire !

En roue libre.

L’aventure en solo est bien évidemment envisageable, mais à condition d’avoir des épaules solides, un mental d’acier et de ne pas compter ses heures ! Il faudra faire attention au moindre détail et si c’est dans un souci d’ordre financier, vous devrez trouver toutes les techniques et astuces d’entrepreneurs afin de réaliser un maximum d’économies. Par exemple : - domicilier votre siège social à votre résidence principale pour ne pas payer de loyer inutile - lors de la création de votre entreprise, publier une annonce légale avec le moins de lignes possibles pour réduire les coûts de la parution - établir un business plan viable et convaincant afin que votre banque vous accorde une réduction de frais bancaires Bonne chance à tous les créateurs d’entreprise, que vous soyez en solitaire ou en équipe !