Entreprendre, ou l’ascenseur émotionnel : l'échec en entrepreneuriat

Entreprendre, ou l’ascenseur émotionnel :  l'échec en entrepreneuriat
En mars dernier, le Mash Up organisait un événement exceptionnel au Tribunal de Commerce, sur l’échec en entrepreneuriat. Toute une symbolique…

"Entreprendre, ou l’ascenseur émotionnel"

« Echec », un gros mot ?

Certes, les mentalités sont en train d’évoluer en France, pays où nous aimons tant l’audace mais craignons le risque. Ainsi, l’organisation d’événements comme la FailCon démontre que, progressivement, on accepte d’aborder « celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom » et de le clamer haut et fort: oui, l’échec existe, et il est d’autant plus présent dans le monde entrepreneurial.
"Échec"
Ce mot demeure cependant un quasi-tabou : quelle ne fut pas ma surprise lorsque l’on m’a demandé d’éviter ce terme dans mon discours introduisant la conférence du Mash Up ! « Cela risquerait de faire peur, de mettre mal à l’aise… » Bien sûr, enfoncer le clou sur les faillites d’entreprises à la barre du Tribunal de Commerce, là où la vie des sociétés s’achève, cela ne s’invente pas. Mais que craint-on en affirmant qu’au cours de la formidable aventure qu’est l’entrepreneuriat, la défaite peut constituer une étape ? Taire ces moments de difficultés revient à nier des éléments fondamentaux de l’expérience entrepreneuriale, et à mal préparer les futurs créateurs d’entreprise. Pire, à les faire culpabiliser lorsqu’ils se verront confrontés à leurs premières galères. Tout entrepreneur vous le dira : un jour tout est rose et l’on se croit à la tête du nouveau Google… et le lendemain une mauvaise nouvelle peut tout remettre en cause et faire planer le doute absolu. Claire Cano, co-fondatrice de Lucky Loc, a appris à apprivoiser cet ascenseur émotionnel. « Rater quelque chose en tant qu’entrepreneur, c’est comme rater un train : on s’en mord les doigts lorsque cela arrive, mais au final, on peut toujours prendre le prochain et repartir de plus belle. »

« Combien de fois t’es-tu planté ? »

C’est en effet sous cet angle qu’il faut appréhender ses défaites : comme une formidable opportunité pour rebondir. Alors pourra-t-on commencer à valoriser l’échec et à enfin apprécier ce qu’une telle expérience peut nous offrir. Dans la Silicon Valley, on a compris depuis bien longtemps que se planter, c’était avant tout avoir su prendre des risques, tester des pratiques, développer des compétences et au final apprendre de ses erreurs. « Il n’y a pas d’aventure entrepreneuriale sans risque. Et parfois la prise de risque se transforme en échec. » Franck Gentin, président du Tribunal de Commerce, a souligné lors du Mash Up l’importance de l’audace et de la mise en danger : « L’entrepreneur qui n’a jamais mis ses tripes sur la table n’est pas un entrepreneur ». A bon entendeur, soyez rassuré : au Tribunal de Commerce, on sait ce qu’esprit entrepreneurial signifie !  

Apprendre à prendre des risques… et à s’entourer

Car s’il faut prendre des risques, autant être bien entouré. Ce Mash Up aura permis de le démontrer : de nombreux experts sont présents pour vous aider ! La mission du Tribunal de Commerce est avant tout de soutenir les entreprises en difficulté. L’image de juges austères en prend un sacré coup… Les experts financiers peuvent également rendre de grands services à l’entrepreneur. Stéphane Cohen, représentant de l’Ordre des Experts Comptables, a rappelé les nombreux services mis à disposition des entrepreneurs en premier lieu la prévention des difficultés en analysant les comptes. Autres acteurs clés de l’accompagnement des startups : les investisseurs du capital-risque. Olivier Younes, fondateur de la société Expen, a insisté sur la prise de risque majeure que prenaient les fonds d’investissement. Les statistiques sont indéniables : sur dix startups financées, deux seulement deviendront de véritables succès. Les huit autres finiront par échouer. Voilà, c’est dit. Il est l’heure de rebondir maintenant !

Retrouvez-nous au prochain Mash Up, le 3 juin, au Palais des Congrès !

mash up

Au programme, une conférence sur « Entreprendre, c’est s’associer » avec Pauline Laigneau de Gemmyo et Carole Zibi Directrice Marketing de LinkedIn. Inscrivez-vous ici Vous voulez pitcher devant plus de 300 personnes ? On attend votre mail : pitch@mash-up.fr