Rédiger un CV : Les petites erreurs à ne plus faire !

Rédiger un CV : Les petites erreurs à ne plus faire !

Un CV, ce sont des heures de travail pour le postulant, et moins de 2 petites minutes d'attention de la part de 80%  des recruteurs. Alors que ce soit sur Wizbii via un CV en ligne, ou via des sites de recherche d'emploi comme Paris Jobtoniccomment faire pour attirer l'attention, et augmenter ses chances d'être reçu en entretien ?

Le web fourmille de guides et astuces miracles censés faire de votre candidature celle qui retiendra l'attention du recruteur, il en existe d'ailleurs de très bons sur La Ruche.

Mais, petit souci, ces guides vous disent quoi faire, mais ne disent pas forcément ce qu'il ne faut pas faire. Vous savez, ces petites erreurs communes que nous avons tous fait un jour ou l'autre, par étourderie ou par bêtise, et ce sont ces même erreurs qui hérissent les poils des recruteurs.

A partir de maintenant, vous êtes prévenus, il est temps de nettoyer votre CV !

Ce qu'il ne faut plus faire

1. L'orthographe approximative

On va commencer avec quelques chiffres. Selon une étude du cabinet CareerBuilder, si votre CV comporte plus d'une faute d'orthographe, il a 12% de chance d'être mis de côté sans autre forme de procès.

Désormais, avec les outils mis à la disposition du tout venant pour la rédaction et la relecture d'un CV, il est inconcevable qu'une candidature soit truffée de fautes. Quelques unes sont tolérées, parce que l'erreur est humaine, mais une faute sur un titre ou un poste clé de votre CV et c'est la corbeille presque assurée.

2. Le surplus d'informations personnelles

L'habitude, les CV des parents comme exemple, et voici que vous indiquez votre âge, votre nationalité ainsi que votre situation maritale sur votre CV. Je pense que pour les étudiants c'est une bonne chose d'inscrire son âge afin de se situer dans la recherche d'un premier emploi. Cependant, inscrire votre nationalité n'apporte plus rien et prend une ligne inutilement sur un CV. La situation maritale ainsi que le nombre d'enfants, qui étaient autrefois signe de stabilité ou d'instabilité pour un recruteur, perdent désormais tout leur sens à l'époque où les ménages se défont au quotidien.

De plus, attention aux adresses mail fantaisistes qui vous feraient perdre toute crédibilité auprès d'un recruteur intéressé ! Optez pour une adresse mail secondaire, plus "professionnelle" et neutre qui ne pourra pas jouer en votre défaveur, quitte à en créer une juste pour vos candidatures.

3. Le CV à rallonge

Le fameux dilemme pour tous ceux qui ont travaillé durant leurs études. Tout mettre, ne mettre que ce qui rentre dans le cadre de ses études ?

Encore une fois, quelques statistiques. Selon différentes études (CareerBuilder et Robert Half par exemple), un CV de plus d'une page sera, dans 30 à 40% des cas, recalé sans lecture approfondie.

Alors, faut-il mettre ou non ses expériences professionnelles en listing ?

Trop souvent les CV reçus ne sont qu'une suite de tirets pour montrer que l'étudiant a beaucoup travaillé durant ses études, et contrairement aux idées reçues, un CV trop rempli n'est pas forcément une bonne chose.

Quand durant vos études vous avez effectué différents jobs pour vous financer vos sorties/votre année, ne listez pas bêtement toutes ces expériences sous forme de tirets, mais regroupez-les ! Vous gagnerez de la place, et bien souvent ces différentes expériences ne vous auront apporté qu'une seule compétence. Optez plutôt pour un descriptif des compétences acquises.

N'hésitez pas, a contrario, à bien développer et distinguer les expériences et compétences en lien direct avec le poste que vous recherchez.

4. Le titre inutile

Recommandé dans la majorité des cas, c'est certes une obligation lors des candidatures spontanées, mais lorsque vous postulez à une offre précise, le recruteur sait ce que vous cherchez, et noter le poste convoité n'est pas nécessaire, d'autant plus que le CV doit déjà être en adéquation avec le poste recherché et doit donc faire ressortir ce que vous souhaitez obtenir. Dans l'optique d'en mettre un lors d'une candidature spontanée, une ligne suffit, pas la peine de s'épandre, au risque de rendre le tout pompeux et rédhibitoire.

5. Les formations sous forme d'acronyme

Avoir fait des études, c'est bien. C'est un bon départ dans un CV et souvent ce qui est mis en avant lorsqu'on est "junior". C'est une partie primordiale dans un CV, mais attention, tout le monde n'a pas fait vos études et le recruteur n'est peut être pas au fait de tous les acronymes en vigueur pour toutes les formations qui touchent le poste recherché. Pensez à définir votre acronyme avant de l'employer ! Par exemple, dire que vous avez un Master PPTO (Professionnel de Psychologie du Travail et des Organisations, ndlr) pour un poste au sein du service médical d'une société sonnera comme du chinois pour un recruteur n'ayant pas fait cette branche d'étude, et celui-ci ne perdra pas de temps à en chercher la signification. De plus, et cela peut sembler un peu bête, mais postulez dans un secteur en rapport avec vos études/expériences passées. On ne compte plus les candidatures spontanées dans une administration, de la part de personnes ayant fait un Master de culture Asiatique... Forcément soldées par un refus.

6. Ne pas connaître l'organisme dans lequel on postule

Je ne pensais pas en parler, mais finalement il revient assez souvent quelque chose qui est dérangeant, tant au niveau des CV que des lettres de motivation, c'est l'ignorance des candidats vis-à-vis des organismes dans lesquels les gens postulent. On peut penser que cela relève du détail, mais une entreprise n'est pas un établissement, ni une administration et encore moins une collectivité, et lire un CV avec en titre "Assistant de direction en entreprise" alors que c'est une mairie/administration qui recrute, par expérience sachez qu'au bout de plusieurs candidatures de ce type, la lecture du CV s'arrête dès le titre. Soyez précis et renseignez vous lorsque vous postulez quelque part, ce n'est pas long à faire mais ça vous apportera une plus value non négligeable.   En conclusion, un CV n'est pas quelque chose à prendre à la légère, et malgré les excellents guides que l'on peut trouver ci et là, quelques petites erreurs subsistent dans les CV "classiques". Enfin, en guise de dernier conseil, en plus d'adapter votre CV au poste recherché, soyez clair et concis dans la présentation, un profil simple est plus plaisant à parcourir qu'un paquet de lignes sans formes ou plein de couleurs, et vous permettra plus facilement d'obtenir un entretien.