Créer sa boite avant 30 ans : à quoi faut-il faire attention avant de se lancer ?

Créer sa boite avant 30 ans : à quoi faut-il faire attention avant de se lancer ?

Qui a dit que nos générations Z et Y ne voulaient pas travailler, manquaient de motivation et de savoir-être ? Certes, la rupture avec nos aînés est évidente. L’environnement entrepreneurial est tellement différent, comment pourrait-on avoir les mêmes envies, les mêmes besoins, les mêmes idées ? Nos générations ont besoin de créativité, de flexibilité, de réactivité et … de liberté. Vous n’êtes pas à l’aise avec le modèle salarié ? Quoi de plus normal ? Autoentrepreneurs, freelances, start-up … nous sommes de plus en plus à nous lancer dans l’aventure de la création d’entreprise. Soyons fiers de notre génération. Mais attention, l’aventure n’est pas sans risque. Conseils à suivre par Jérémy Renchy

Créer sa boite avant 30 ans : ayez un concept clair et explicite

Vous avez une idée, une bonne idée, tout commence par là. Les jeunes sont plein d’idées et certaines demandent peu de ressources pour les mettre en pratique, notamment grâce au développement du digital. Le web n’a rien de magique, il est simplement facilitateur de lancement. De nombreuses entreprises nouvelles connaissent le succès. Elles ont toutes une base commune : leur concept est clair. Elles se sont positionnées sur un produit ou un service, ayant une utilité réelle pour le consommateur, qui soit simple à utiliser, qui soit innovant et surtout qui soit accessible financièrement dans le cadre d’une consommation « kleenex ». A noter que le positionnement par rapport aux concurrents est essentiel.

Créer sa boite avant 30 ans : Réalisez votre étude de marché, chiffrez le potentiel de votre activité

Les hypothèses et approximations sont fatales dans l’entrepreneuriat. Identifiez vos fournisseurs, validez les tarifs et les marges, sondez vous clients potentiels. Parallèlement à l’étude de marché, posez-vous la question du sens économique de votre entreprise. Quel est le chiffre d’affaires maximum que vous pouvez atteindre avec les contraintes qui sont les vôtres (effectif, locaux, …) ? Ce chiffre d’affaires est-il suffisant pour vous assurer des revenus ? Quelle décote pouvez-vous vous permettre ? 10% ? 20% ? 50% ? 90% ? Celle-ci vous permettra d’évaluer le niveau de risque de l’entreprise. création entreprise, jeune, entrepreneuriat, chiffre d'affaire

Créer sa boite avant 30 ans : ne sous-estimez pas la notion de rentabilité

La question de la rentabilité de l’entreprise est fondamentale et répond à plusieurs questions : le concept est-il rentable ? Pour aller plus loin, demandez-vous s’il l’est suffisamment. En effet, il convient de comparer le bénéfice généré avec les investissements réalisés. Si pour gagner 10 vous investissez 100 ou investissez 1000, la performance n’est pas du tout comparable. Pour un taux de rentabilité de l’ordre d’1%, ne vaut-il mieux pas placer son épargne sur un livret A ?

Créer sa boite avant 30 ans : entourez-vous de partenaires fiables qui porteront le projet à vos côtés

Après avoir validé la rentabilité d’un concept qui, d’après les études que vous avez menées, va fonctionner, il reste à savoir si vous-même êtes fait pour porter ce projet. Se connaitre soi-même et savoir si on est à la hauteur est essentiel pour un chef d’entreprise. Identifiez vos propres forces et faiblesses. Travaillez vos forces et entourez-vous de partenaires qui sauront pallier vos faiblesses. Concernant les démarches juridiques, fiscales et sociales, il est indispensable de recourir à un professionnel de la création d’entreprise en amont de la création du projet. N’hésitez pas à consulter un avocat ou un expert comptable . Ils sauront vous aiguiller sur la faisabilité du projet, le choix d’un statut social sécurisé, d’un statut fiscal optimisé et par conséquent d’un statut juridique adapté à votre activité et votre situation personnelle. entrepreneuriat, création d'entreprise, jeunes, entrepreneurs, partenaires

Ne sous-estimez pas vos besoins de cash

La croissance d’une entreprise est très consommatrice de cash. Si les établissements financiers vous aident à financer les investissements, vous pourrez seuls assurer le financement du besoin en trésorerie au quotidien. C’est pourquoi il est indispensable d’établir un business plan sur des bases de chiffres d’affaires pessimistes afin d’identifier les besoins potentiels de trésorerie aux moments clefs de votre activité. Le développement de votre entreprise consomme des ressources directes (marchandises, matières premières) pour lesquelles il faut financer l’écart entre délai de paiement fournisseurs et clients, ainsi que des ressources indirectes (action de communication, recrutement…) qu’il est nécessaire de financer en amont des retours attendus. Sous-capitaliser vous fera prendre le risque de vous retrouver dans une impasse, avec un carnet de commandes que vous ne pourrez pas honorer faute de trésorerie, ou bien limitera vos opérations commerciales. Pour conclure, je dirai qu’avoir une bonne idée est loin d’être suffisant pour franchir le pas de la création d’entreprise. A contrario, dans un environnement entrepreneurial de plus en plus concurrentiel, le succès d’une entreprise est intimement lié à « la bonne idée ». Dans tous les cas, confronter ses idées à la réalité est indispensable : parlez-en aux cibles ainsi qu’à des professionnels qui vous donneront leur sentiment, et feront avancer votre réflexion. Notre génération a les outils, les idées et la motivation pour réussir. J'en suis persuadé.