Comment transformer son sport en métier ? Zoom sur Antoine Bizet, rider pro

Comment transformer son sport en métier ? Zoom sur Antoine Bizet, rider pro
Les Talents de la ruche : Musique, Comédie, Sport, Écriture… Certains jeunes mènent une double vie entre études supérieures et vie artistique ou sportive. Découvrez Antoine Bizet, un jeune rider professionnel de 23 ans qui a su faire de son sport favori son métier. Un talent au parcours encourageant qui en motivera plus d'un ! Peux-tu nous décrire ton parcours en quelques lignes ? J’ai suivi un cursus Sport Étude de gymnastique pendant mes années collège, et cela m’a aidé à apprendre pas mal de figures pour le bike ,comme les backflips, double backflips et frontflips. J’étais trop fan d’animaux et voulais devenir vétérinaire, mais j’ai passé bien trop de temps dans les bois pour réussir ce genre d’études, donc après mon bac S je me suis mis au vélo a fond. A la première compétition de l’année je me casse la clavicule puis 3 vertèbres… Je reprends les cours pour une année de journalisme, puis en 2012-2013, je me lance définitivement dans ma carrière professionnelle. Peux-tu nous expliquer en quoi consiste le sport que tu pratiques en tant que pro ? En quoi cela consiste-t-il ? Je fais du MTB, soit du VTT freestyle et freeride, ça consiste à faire de la descente en vélo en montagne, sans chrono, mais de la façon la plus cool, avec du style, de gros sauts et des tricks. En France je ne peux pas faire ça toute l’année donc je fais aussi des contests de dirt et slopestyle, plus proche du BMX car ça se pratique en terrain plat. Antoine Bizet, talent, bike, ride, interview Tu pratiquais déjà ce sport lorsque tu étudiais, ce n’était pas trop difficile de combiner ta passion et tes études ? Non pas trop, car avant de commencer le Mountain Bike je suivais un cursus Sport Etude de gymnastique aux agrès, donc je savais comment gérer les cours et une passion à côté. Je faisais toujours le minimum pour que ça passe car j’avais la tête ailleurs, mais j’ai quand même eu mon bac S, ce qui m’a demandé un gros minimum haha ! Depuis quand pratiques-tu ce sport ? D'où te vient cette passion ? J’ai commencé ce sport à l'âge de 12 ans, c’est mon grand frère qui m’a amené à mon premier terrain de bosses à Versailles. Ce qui est drôle c’est que j’ai découvert ça tout seul sans trop d’influences directes, ce qui m’a forgé un style bien à moi. J’étais quand même bien fan de la légende californienne Cameron Mc Caul ! Trop cool ce mec, il est ultra doué ! Comment as-tu fait pour travailler avec des grandes marques telles qu'Adidas ? La rencontre avec mes sponsors s’est faite de façon assez naturelle, c’est à dire : après quelques beaux résultats en compétition ou lors de grands salons de VTT. Pour Adidas Eyewear, ça s’est fait après ma 2e place au Chatel Mountain Style en 2011, un des premiers gros résultats de ma carrière. Antoine Bizet, talent, bike, ride, interview Comment t'es-tu fait connaître ? J’ai passé un hiver entier à m'entraîner sur une bosse parfaite que j’ai construite dans les bois de Versailles. Le printemps suivant j’avais donc vraiment un bien meilleur niveau et je me suis fait remarquer sur différents évènements. S’en est suivi en 2011 ma 2e place au Châtel Mountain Style, puis en 2012 la 2e place à la Red Bull Rampage, qui m’ont projeté en avant, avec toute la couverture médiatique que ça apporte et les sponsors qui ont vite suivi. Quels sont tes projets pour le futur ? J’ai 500 000 projets là, je suis à fond ! Je prépare plein de superbes choses pour l’année 2016, en me diversifiant au maximum de la compet' qui occupait avant 90% de mon calendrier. Maintenant, je veux faire des vidéos, des voyages, des pub, des documentaires…! Et à plus long terme, vu que je me fais opérer cet hiver, je passe un brevet de moniteur de bike pour pouvoir encadrer des camps de vélo quand je le souhaite et partager ma passion ! Antoine Bizet, talent, ride, bike, interview Qu'est-ce que tu dirais aux jeunes lecteurs de La Ruche qui ont la même passion que toi pour les aider à se lancer ? Je dirais que l’union fait la force. Le VTT est encore un sport jeune, il y a très peu de clubs, donc sans groupe c’est plus dur d’avancer. Cela dit, parfois tu es le seul motivé ! Mais à plusieurs on peut se construire de meilleurs terrains et se lancer des défis quand on roule ! À partir de là, on prend un maximum de plaisir et le niveau augmente naturellement ! C’est la base pour se lancer !! Ensuite, il faut participer à des évènements et faire des vidéos, tout simplement. Merci Antoine pour ce témoignage, bon ride à toi ! Vous pouvez le suivre sur Instagram, Facebook, Twitter ou Youtube sans plus attendre !

 © images : Pinkbike