Nouvelle app mobile : Swopr, le Tinder du troc pour échanger vos objets

Nouvelle app mobile : Swopr, le Tinder du troc pour échanger vos objets

Julien Vieira (26 ans) et Nicolas Martin-Lassagne sont les deux fondateurs de Swopr. Cette application mobile dont le fonctionnement s'inspire de Tinder permet d'échanger ses objects pour d'autres biens de la même valeur.  swopr logo Hello Julien, peux-tu nous raconter ton parcours ? et celui de ton co-fondateur Nicolas ? Hello Wizbii ! C’est jamais facile de commencer en parlant de soi… Commençons par Nicolas dans ce cas-là ! Il a intégré l’école supérieure de commerce de Montpellier, diplômé, il a été chargé de communication digitale chez Michelin puis consultant en agence web, avant d’intégrer l'agence Pschhh où nous nous sommes connus. Nous formions un binome Concepteur-Rédacteur / Directeur Artistique, et nous le sommes encore aujourd’hui en tant qu’indépendants ! De mon côté j’ai suivi une formation en création digitale à e-art sup (où je suis formateur et enseignant aujourd’hui) et j’ai travaillé en agence chez 5ème gauche puis chez Pschhh en tant que Directeur Artistique. Qu’est ce qu’est Swopr et comment ca marche ? Swopr est une application mobile pour iPhone & Android, géolocalisée, qui permet d’échanger très facilement nos objets contre d’autres grâce au modèle simple et populaire de l'appli Tinder : le matching. En postant mon objet sur Swopr, j’accède aux autres objets autour de moi (et de la même valeur que mon objet) et je peux l’échanger avec son propriétaire si nous sommes d’accord tout les deux. swopr pic Qu’est-ce qui vous différencie des autres services de troc ? On voulait une application très simple, qui ne soit pas une usine à gaz et qui aille à l’essentiel : le troc d’objets, avec plaisir. C’est pourquoi il n’y a pas de catégories sur Swopr, pour que  l’utilisateur aille de surprises en surprises. Nous avons longtemps pensé l’interface pour que l’expérience soit agréable : Swopr, c’est aussi une belle appli ! Nous avons éliminé le système de messagerie pour ne pas ajouter une boite de réception supplémentaire et favoriser la rencontre rapidement entre deux Swopers. La force de Swopr, c’est que notre équipe n’est pas centralisée à Paris mais aussi à Montpellier où le projet est incubé et Reims où travaillent nos développeurs. Dès le démarrage, les gens parlent de Swopr dans toute la France et au-delà, car 7 langues sont déjà implémentées dans l’application. Enfin, elle est disponible sur Apple et Android dès le lancement, ce qui n’est pas le cas pour tout nos concurrents.

Le troc, c’est à la portée de tous et ça doit être agréable. Nous avons donc fait en sorte que ce soit vraiment le cas.

Votre appli n’est pas encore lancée...c’est pour quand ? :) En fait elle n’est pas “officiellement” lancée sur l’AppStore et le Play Store, mais la version bêta est disponible depuis juin. Elle fonctionne parfaitement, on peut déjà y échanger ses objets ! Pour tester l’appli, il suffit de s’inscrire Screen Shot 2015-09-17 at 5.20.54 PM Quel est votre business model ? Ah… et bien c’est encore confidentiel, mais je peux vous dire que l’application restera gratuite et fonctionnera sur le modèle du freemium comme beaucoup d’applis de jeux ! Combien de personnes forment votre équipe aujourd’hui? Est-ce que vous cherchez à recruter ? Pour le moment nous sommes 5 matelots à bord ! Nicolas et moi travaillons sur les aspects business, la  partie graphique, ergonomique et créative de l’application, jusqu’au community management. Romain est chef de projet technique et chapote l’équipe de développeurs composée de Dimitri (pour la version iPhone) et de Thibaud (pour la version Android). Et n’oublions pas Sandra qui nous réalise de beaux dessins pour alimenter notre page Facebook. Votre start-up fait partie de BIC Montpellier. Quels avantages cela vous apporte d’être dans un incubateur ? Nous sommes suivi par un chargé d’affaires qui nous accompagne depuis le début dans la finalisation du projet et les démarches pour la création de la société. On bénéficie de tout le réseau du BIC, avec la possibilité de faire des demandes d’aides pour financer certaines étapes du projet, rencontrer d’autres startupers ou des investisseurs, faire des formations, et par la suite lever des fonds pourquoi pas. Est-ce que tu continues à travailler sur d’autres projets en freelance ? Oui je continue à travailler en freelance sur des projets digitaux, en agence de communication ou depuis mon bureau. Je travaille aussi en relation directe avec des clients et comme je le disais toute à l’heure, j’enseigne la création digitale à e-artsup (en 2ème et en 5ème année), j’ai animé plusieurs workshop, réalisé des suivis de projet et formé un groupe de directeurs artistiques du groupe Publicis Consultants. Ces expériences m’ont passionné et j’ai accepté de rejoindre un collectif de formateurs nommé Adprentis pour multiplier ces opportunités. Peux tu nous parler un peu de votre blog, L’actualisr, qui raconte des fausses histoires ? logo-actualisr-4L'idée de L’actualisr nous est venue au moment du clash Taxi et Uber, nous nous sommes dit que ce serait drôle de rebondir sur cette actualité en prétextant qu’après Uber, Swopr était le nouveau bouc émissaire des taxis. Puis en discutant, d’autres idées farfelues sont venues et, en tant que fans du Gorafi, nous nous sommes mis à écrire  plusieurs  articles qui viennent  alimenter notre page Facebook, de surprendre nos fans et d’aller au-delà de l’application en elle-même. On voulait aussi faire passer un message qui fait partie de la philosophie de Swopr : certaines choses peuvent être plus agréables ou plus drôles grâce au troc, à l’échange, au partage... Et enfin, pour toi, entreprendre à moins de 30 ans, avantage ou inconvénient ? Je pense que c’est important d’entreprendre à moins de 30 ans. Je dis ça, mais Nicolas a pile 30 ans lui, je ne sais pas ce qu’il en pense ;-) Les idées fusent, on est dans l’air du temps, on est dans la force de l’âge : bref c’est le moment ! Ce n’est pas la peine d’attendre 40 ou 50 ans :-) l’important pour entreprendre c’est pas tellement son âge mais plus son caractère et l’équipe avec laquelle on entreprend. C’est une aventure où il faut savoir s’entourer et travailler, on peut le faire très jeune et mes étudiants me le montrent tous les jours :-) Merci Julien ! On vous souhaite de nombreux téléchargements, inscrivez-vous vite sur le site de Swopr pour être informé de la sortie de l'app !   La ruche sélectionne avec amour des projets innovants créés par des étudiants ou jeunes diplômés. Si vous avez un super projet à nous soumettre, n'hésitez pas à écrire à sophie.lebel@wizbii.com pour vous aussi apparaître gratuitement sur le blog !