Conférences, salons de recrutement, apéros... Pourquoi y aller absolument !

Conférences, salons de recrutement, apéros... Pourquoi y aller absolument !
Etudiante, je le suis encore et je sais ce que ça signifie lorsqu’on se projette dans son devenir professionnel : à 9h, on « check » sa boite mail pro, à 11h, on fait un tour d’horizon sur LinkedIn et Wizbii, l’après-midi on vadrouille sur les job boards à la conquête du stage, de l’alternance ou du CDD rêvé, avant de revérifier toutes les 10 minutes sa boite mail pro et où tiens ! Un mail automatique d’une entreprise m’indiquant que je ne suis pas retenu pour ce poste car... Je vous passe l’argumentaire habituel de ce genre de réponse. Bref, jusqu’à 23h (au moins !) j’ai retapé mon CV, rédigé 3 nouvelles lettres de motivation, passer en revu quelques 50 offres... Bref j’ai été présente... Oui mais en ligne ! Vous l’aurez compris, je ne suis pas l’exception qui confirme la règle : j’assure une présence virtuelle et suis en somme une « digitale native » de ma génération. Mais si j’ai appris une chose de ma petite expérience jusque-là, c’est que si le numérique permet d’effacer les frontières et facilite les interactions avec le monde professionnel, il tend aussi à multiplier les rencontres informelles dont sont friands étudiants, jeunes diplômés et cadres déjà bien positionnés. Conférences, webinars, salons de recrutement, apéros, tables rondes, cercles de réflexion, petits-déjeuners autour de thématiques multiples ou d’un sujet bien défini… Les évènements professionnels n’ont jamais été aussi nombreux depuis ces dernières années. Une explosion dûe notamment à l’essor du web 2.0 qui ne cesse de simplifier les échanges : rien de plus facile que d’organiser quelques rencontres, rentrer en contact avec ses potentiels pairs, ses futurs collègues ou des recruteurs à la recherche des talents de demain. La question est simple me direz-vous : « Moi, étudiant ? Qu’ai-je à gagner en y participant ? » Mais tout, devrais-je vous répondre ! (enfin presque) de mon point de vue, je n’en retiens que des aspects positifs, petite revue ensemble de ce que vous avez à y gagner :facebook twitter

1) Dépasser les frontières du monde virtuel

Certes Internet et toutes ses belles évolutions permettent aux étudiants de mieux se démarquer, de s’informer plus rapidement sur leur chemin professionnel, de prendre des chemins détournés pour postuler, d’interagir en direct avec leur futur employeur, d’envoyer 10 candidatures à la minute (bon sans exagérer d’en envoyer au moins 3 dirons-nous !) mais nous sommes avant tout humains, les générations Y et Z n’échappent pas à la règle et en redemandent : la proximité. Le travail n’est pas un sujet tabou. Les échanges et débats en face à face restent irremplaçables et fortement appréciables. Un jeune qui prend la peine de se déplacer saura démontrer davantage son intérêt et susciter celui de son entourage. En outre, les informations qu’il obtiendra de ses interlocuteurs seront claires, nettes et précises.

2) Elargir son réseau professionnel

L’erreur que commettent souvent les générations actuelles (rassurez-vous, je ne vous en tiendrai pas rigueur !) c’est sur cette définition du mot « réseau », un terme qu’on associe 98% du temps à l’informatique, au monde virtuel auquel nous contribuons régulièrement. Mais un réseau est avant tout un ensemble de personnes étant en contact, des contributions, des liens dont chacun a la responsabilité de maintenir sur le long terme pour en tirer le meilleur parti possible. L’erreur des jeunes serait de les maintenir sous forme virtuelle uniquement. Probablement freinés par la peur d’être rejetés ou de ne pas être considérés à leur juste valeur, beaucoup d’étudiants sont encore réticents à entrer directement en contact avec les entreprises. Combien se sous-estiment face à de futurs employeurs en n’osant pas les questionner et aller à leur rencontre. Qu’on se le dise : un jeune participant à un évènement professionnel accroîtra ses chances de se faire remarquer et ne sera pas à l’abri de faire des rencontres fructueuses et d’alimenter son carnet d’adresses. Rappelez-vous, dans ce genre de situations : 1 + 1 = 3. Vous ne savez jamais à l’avance l’identité de l’ensemble des participants qui seront présents. Il suffit parfois d’une personne pour vous aiguiller et vous présenter à d’autres professionnels de son entourage, la boucle est bouclée et il n’est pas rare qu’à la fin de l’évènement, vous repartirez avec plus de cartes de visites, de coordonnées, ou quelques promesses que vous n’aviez pas vu venir. Dans une ambiance plus décontractée (musiques, apéritifs, etc...) les participants échangent avec plus de naturel et osent davantage, bien plus qu’ils ne le feraient dans une situation plus formelle ou dans un cadre qui les obligerait à peser leurs propos. Enfin, il est utile d’ajouter que la démarche appuie aussi bien la motivation et la détermination de l’individu, qualités estimables que ne manqueront pas de remarquer vos interlocuteurs ! network réseau

3) Acquérir des connaissances supplémentaires et/ou se conforter dans son choix de parcours

Les jeunes ont besoin d’être rassurés et donc de s’informer bien en amont, que ce soit sur une entreprise, une thématique, un secteur d’activité ou une profession. Les évènements professionnels sont autant d’occasions d’échanger et d’apprendre des discours des participants. De nombreuses personnes qualifiées ou tout juste diplômées n’hésitent plus à y intervenir pour relater des projets mis en place, des expériences vécues et échanger sur leurs points de vue respectifs. Une sorte de « brainstorming géant » ou chacun à son mot à dire. Il en est de même lors des salons d’emploi où les recruteurs sont omniprésents. Quitte à se conforter dans son choix professionnel ou à s’informer sur un nouveau métier que l’on n’avait pas envisagé auparavant, ces rencontres aident à mieux visualiser les besoins des employeurs et à effacer parfois quelques doutes persistants. Par ailleurs, ce sont des circonstances parfaites où l’ambiance, plus décontractée, est favorable aux jeunes pour mieux cerner les entreprises correspondant à leurs attentes et cibler leurs recherches. Finalement, ces rencontres font gagner un temps précieux, à l’entreprise comme au candidat.

personal branding

4) Optimiser sa stratégie de « personal branding »

Comme je vous en parlais plus haut, être visible sur la toile gigantesque c’est bien, en présentiel c’est mieux ! Quoi de plus frustrant pour un recruteur de se rendre compte qu’un potentiel candidat qui lui semblait parfait en tout point sur son profil Twitter, LinkedIn, Viadeo, Wizbii... Lui a en réalité quelque peu vendu du rêve après une rencontre, un entretien... Il ne suffit pas de projeter une image reluisante alors que la réalité est tout autre. Jouer carte sur tables est de loin préférable. Participer à ces rencontres permet non seulement au jeune de se distinguer auprès de ses camarades ou d’autres candidats, mais également de se faire connaitre, de faire valoir ses intérêts, ses valeurs, de partager ses connaissances et ses opinions et surtout, démontre sa capacité à se projeter et à s’intéresser à son environnement. Autant d’éléments qu’un jeune doit intégrer rapidement pour multiplier les chances de se démarquer et pourquoi pas, de trouver le poste tant convoité par la suite ! Les réseaux sociaux pro, perso, les plateformes de partage et les blogs sont certes des éléments où une présence sera remarquée, mais les employeurs en attendent aujourd’hui davantage. La participation à des évènements professionnels donne l’occasion de se différencier malgré son jeune âge, de bâtir une image, reflétant sa personnalité sur laquelle l’étudiant pourra communiquer grâce aux relais mis à sa disposition aujourd’hui. brand

5) Être recruté(e) (TADAM !)

C’est le graal me direz-vous ! Mais c’est une possibilité à envisager. Encore une fois, cela dépend du but envisagé par les organisateurs de l’évènement auquel vous participerez. Gardez néanmoins en tête que les représentants d’entreprises que vous serez amenés à rencontrer sont généralement là pour échanger, conseiller et entretenir leur cercle de relations. L’erreur serait de les solliciter trop rapidement, de leurs mentionner non sans détour votre envie et votre motivation sans bornes pour rejoindre leur organisation. Pensez au préalable à orienter votre discours et à capter l’intérêt de vos interlocuteurs. Le processus de recrutement ne se résume pas (encore) aujourd’hui à quelques mots échangés lors d’une soirée networking ou d’une table ronde. Malgré tout, si par chance un entretien ultérieur vous tend les bras, ces derniers se souviendront probablement de vos compétences comportementales et de la curiosité démontrée lors de votre rencontre.

Moi, étudiant(e), j’en retiens quoi ?

⇨ Je profite de mes temps libres pour m’inscrire aux évènements susceptibles de m’apporter des informations et des contacts pour mon avenir professionnel. Il n’est pas question de répondre favorablement à toutes les invitations, là aussi un tri est de rigueur. Je cible les évènements qui m’apporteront le plus de réponses et où je rencontrerai des professionnels que j’aspire à devenir et/où les thématiques échangées suscitent mon intérêt. ⇨ J’en parle autour du moi, pourquoi y aller seul quand on peut partager l’expérience à plusieurs ? ⇨ J’ai toujours avec moi quelques cartes professionnelles avec mes coordonnées, histoire de ne pas me faire oublier parmi tous les invités et participants. ⇨ Je n’hésite pas à mettre mon contenu à jour sur le web et à inscrire ma participation à ce type d’évènements sur mon CV. C’est une occasion supplémentaire de se faire remarquer, de gagner en crédibilité et pourquoi pas, d’échanger sur ce que vous y avez vu, appris et retenu auprès de vos camarades et potentiels employeurs.