Chief Happiness Officer, le métier à la recherche du bonheur

Chief Happiness Officer, le métier à la recherche du bonheur
Ce métier qui commence doucement à faire le buzz est parfois ridiculisé et suscite beaucoup de questions, de type "Est-ce vraiment un métier?" ou encore "en quoi ça consiste? Organiser des activités marrantes et des fêtes?". En partie, oui, mais il ne faut croire que ce métier est seulement pour s'amuser. Originaire de l'Amérique, le Chief Happiness Officer, ou CHO, est en train de prendre de l'ampleur et apparaît de plus en plus dans les entreprises européennes pour jouer un rôle croissantw dans le monde du travail.

1/ Qu'est-ce qu'un Chief Happiness Officer? 

Le Chief Happiness Officer, ou bien en français le "Responsable du Bonheur", a pour principale fonction d'assurer le bonheur des salariés. Ceci est fait en organisant des activités fun pour les salariés, des sessions de formations, des soirées, etc ... Ce poste est, en gros, un DRH mais en plus funky. Le poste a pour origine Google avec l'ingénieur Chade-Meng Tan, qui s'est redirigé vers l'équipe de développement des personnes pendant les années 2000. Il s'est donc inventé le poste de "Jolly Good Fellow" (traduction approximative "Bonhomme Joyeux"), qui a été ensuite adopté par d'autres grands groupes et créé une nouvelle tendance. chief_happiness_officer-resized-600  

2/ Quelles qualités pour être CHO ?

Alors quelles qualités faut-il avoir pour être un bon CHO ? Alexander Kjerulf, fondateur de Woohoo Inc. au Danemark et spécialiste du bonheur au travail, explique au Guardian qu'il faut être quelqu'un capable d'inspirer le bonheur chez les autres et qui est marrant, dynamique, aimable, et très énergique. Il faut aussi être quelqu'un qui fait attention au le bien-être des autres sur le lieu du travail.

3/ Pourquoi avoir un CHO ?

Il y a maintenant plus d'importance accordée à l'idée du bonheur des salariés, particulièrement dans les boites tech. Ceci est d'une part pour augmenter la productivité et améliorer l'ambiance de l'entreprise, et d'autre part pour attirer et retenir les meilleurs talents sur un marché du travail compétitif. Kjerulf indique que "des employés heureux prennent des meilleures décisions, gèrent mieux leur temps, et possèdent d'autres compétences essentielles au leadership". Chez Google, par exemple, les initiatives mises en places pour le bien-être des salariés ont permis d'augmenter leur satisfaction de 37% !
Il existe de nombreuses études universitaires, essentiellement nord-américaines qui ont montré qu’il existait une corrélation positive entre la proportion de salariés heureux et la performance. Ces études ont été menées par des universités prestigieuses comme le MIT ou Harvard … Par exemple, savez-vous qu’un salarié heureux est, en moyenne  deux fois moins malade ? Qu’il est six fois moins absent ? Ou qu’il est neuf fois plus loyal. - Laurence Vanhée, CHO chez Happyformance
En plus d’être plus performants et productifs, ce qui est un plus certain pour l'entreprise, les salariés heureux ont plus de chances de rester longtemps dans l'entreprise. En conséquence, les entreprises vont économiser de l'argent car ils évitent les coûts de recrutement et de formation des nouveaux employés qui doivent remplacer les malheureux partants.

smiley-schild

Les tâches du CHO permettent aussi de créer une certaine culture de travail et peuvent améliorer les relations entre salariés, ce qui améliore le travail en équipe. Un CHO est donc autant un atout pour le bien-être des personnes que pour le bien-être de l'entreprise. Dans l'ensemble, tout le monde y gagne !

4/ Comment rendre heureux les salariés ?

Tout dépend de l'organisme et des besoins des salariés. Il faut savoir identifier les problèmes ressentis par les salariés et être à leur écoute pour ensuite trouver des solutions appropriées. Peut-être que les salariés sont stressés, ou l'entreprise est en phase de crise. Il faut donc organiser des activités qui sont adaptées pour remonter le moral des employés et inspirer la créativité. Laurence Vanhée, un CHO de Belgique, explique que ce qui rend un salarié heureux est très personnel :
Rien n’est plus personnel, subjectif. D’où l’importance de donner de la liberté à chacun pour qu’il s’organise en fonction de ce qui compte pour lui.
happy sheep Alors, CHO, un métier qui vous inspire ?