Profil Growth Hacker : le saint graal des start-up - La Ruche par WizbiiA cheval entre le job de marketeur et de développeur, le job de growth hacker est l'un des métiers les plus recherchés en start-up : découvrez ce métier.
Bannière d'un article

Profil Growth Hacker : le saint graal des start-up

Growth quoi ? Growth Hacker, un nouvel anglicisme pour désigner un métier en pleine croissance sur le marché du recrutement. Le Growth Hacker a plusieurs profils et plusieurs casquettes : Amaury Perrier, du cabinet de recrutement Urban Linker vous en dit plus !

Le Job de Growth Hacker

En France, la plupart des personnes ne sont pas familières avec ce nouveau métier, à juste titre d’ailleurs, car il est apparu récemment sur notre sol.

Le job de growth hacker est difficilement explicable car son quotidien est rythmé par la découverte de nouveaux canaux de croissance en utilisant des moyens toujours plus innovants.

Dans l’hexagone, on associe souvent le growth hacking à un état d’esprit. La personne à ce poste doit, avant tout, être curieuse et tester sans cesse, afin de dénicher des moyens d’acquisitions de croissance complètement nouveaux. Le growth hacker n’a pas simplement un profil de webmarketer. Il combine un mix de plusieurs compétences qu’il met à profit pour générer de la croissance. En somme si l’on devait donner une définition globale du growth hacker, c’est un individu complet, autodidacte ayant des compétences techniques assez avancées (en développement web) avec, en complément, de solides connaissances en marketing, et dont le profil correspond tout à fait aux besoins des start-ups. Il utilise tous les jours sa palette technique sans pour autant perdre de vue ses objectifs marketing.

Le growth hacker est en perpétuelle remise en question, il analyse les données grâce aux différents systèmes de « tracking » qu’il met en place, découvre des nouveaux modèles et présente des idées toujours plus innovantes pour générer de la croissance. Sa mission principale étant de générer de la croissance à long terme, il doit rester attentif pour s'adapter aux éventuels changements du marché et des différentes pratiques. Grâce aux nombreux essais qu’il réalise, il a une meilleure compréhension des attentes des clients, de l’environnement dans lequel il évolue, ce qui lui permet d’optimiser la stratégie de l’entreprise dans sa quête de fidélisation des utilisateurs.

Les qualités pour être un bon growth hacker

Le Growth Hacker se doit d’être une personne curieuse, orientée data et qui aime prendre des risques. Il aime sortir de sa zone de confort et repousse ses limites chaque jour. Il apparaît primordial pour lui de s’appuyer sur des données et statistiques dans le but de mieux anticiper les tendances du marché. Enfin, il doit se remettre en question de manière permanente et savoir adapter ses processus, ses outils et ses actions au résultat de ses analyses.

En général, le profil type d’un growth hacker est une personne avec un bagage technique, sachant coder, qui s’oriente vers des problématiques marketing. Cependant, il arrive que des personnes avec un background marketing percent dans ce métier. (On peut citer l’exemple de Sean Ellis, marketing director de Dropbox et inventeur du « growth hacking ») Le growth hacker doit posséder un certain nombre d’aptitudes qui comprend le digital marketing, l’analytics, la psychologie et l’anthropologie.

La formation

Il n’existe pas de formation type pour le métier de growth hacker. On peut cependant déceler des caractéristiques communes aux personnes exerçant ce job. Les growth hackers ont souvent des profils techniques à la base (type : développeur web) avec une excellente maîtrise du code mais ils peuvent également avoir un background plus marketing. Compte tenu de la récente apparition de la profession Growth Hacker, les formations concernant ce nouveau métier sont assez généralistes.

En effet, il existe un grand nombre de formations pouvant mener au growth hacking. Les écoles d’ingénieurs en informatique (Epitech, Les Mines), les écoles du web (Hétic, Epita) les DUT informatique (Diplôme universitaire de technologie Informatique à l’IUT Paris Descartes) ou BTS (BTS informatique) peuvent être considérés comme des formations menant à ce type de poste.

Perspectives d’emploi : le saint graal des start-up !

À l’heure actuelle, seules les start-ups font appel à ce type de profils car ce sont des structures flexibles avec des modèles de croissance pouvant être modifiés relativement rapidement. Cependant, à moyen terme, il n’est pas à exclure que des grandes entreprises se penchent sur ce type de profil. Si vous souhaitez vous diriger vers ce métier, il convient donc de postuler dans des petites structures (PME, start-up) qui permettent aux growth hackers de s’exprimer pleinement.

Une rémunération attractive

En France, il n’y a pas d’études salariales pour estimer le salaire moyen car c’est un métier encore trop peu courant. Cependant, on évalue le salaire pour les profils juniors à environ 35 000 euros annuels. Pour en savoir plus sur le métier consultez le témoignage d’Hugo sur le métier de growth hacker.

[IMPORTANT] Wizbii recherche actuellement des profils de Growth Hacker, n'hésitez pas à postuler et à partager l'annonce !

growth hacker

CDI Mobile Growth Hacker CDI Growth Expert / Acquisition marketing   

rédigé par :

Sophie Lebel

le 04 mai 2015

Media image

Articles recommandés

image

23 août, Maryam Orion

23 août 2019,

Maryam Orion

5 astuces pour ne pas déprimer quand tous vos collègues sont en vacances

Comment éviter la déprime vous travaillez mais vos collègues sont en vacances ? Voici nos conseils pour relativiser et voir du bon oeil les solutions qui rendent cette période agréable !

image

01 août, Maryam Orion

01 août 2019

Découvrez l'interview de Tez Cadey, un jeune DJ français mondialement connu !

Vous avez certainement déjà dansé sur un des titres du jeune DJ Tez Cadey, découvrez un témoignage sur son parcours et sa passion pour la musique !

image

31 juil., Sophie Lebel

31 juil. 2019

CAP Petite enfance : quelles opportunités d'emplois pour travailler auprès des enfants ?

Passer le CAP petite enfance : quelles carrières possibles ? Assistante maternelle, éducateur, auxiliaire de puériculture... De nombreuses possibilités s'offrent à vous !

Derniers articles