10 conseils pour réussir sa première année de médecine

10 conseils pour réussir sa première année de médecine

La première année commune des études de santé est redoutée par tous les étudiants souhaitant faire carrière dans le secteur médical. C’est une année complexe où la charge de travail effective est impressionnante. Voici 10 conseils de professionnels pour surmonter et réussir haut la main ce passage obligatoire  !

Bien préparer sa rentrée en PACES

Il existe actuellement des cours préparatoires accessibles à tous les terminales S qui souhaitent se présenter en PACES après le Bac. Ces cours permettent d’anticiper et de se préparer à affronter une nouvelle vie, car entre le lycée et la fac de médecine, le fossé est grand. Antemed fait partie de ces prépas médecine accessibles dès la terminale.

bien preparer sa rentrée en PACES

Apprendre à devenir autonome

Devant la surcharge de travail, les étudiants en PACES n’ont guère le temps de s’habituer à travailler de manière autonome et souvent, ils ne maîtrisent pas encore les techniques méthodologiques indispensables pour apprendre efficacement. Il est nécessaire de pouvoir réviser et s’entraîner de manière autonome assez rapidement.

Adopter un rythme de travail soutenu

Il faut élaborer un planning hebdomadaire assez précis et s’y tenir. Il ne faut pas oublier d’aménager des heures de détente et de repos obligatoires. Il faut trouver le bon dosage entre les cours à la fac, les révisions, les entraînements et les stages pour se préparer au mieux dans de bonnes conditions.

adopter un rythme de travail soutenu

Trouver sa propre méthode de prise de notes

Il est indispensable de développer cette méthode de prise de notes avant d’entrer en PACES afin d’être rapidement opérationnel dès les premières semaines. Ce genre de méthodologie ne s’apprend pas au lycée donc il est essentiel de s’y mettre rapidement. Il existe en ligne des sites qui énumèrent les différentes méthodes les plus répandues. Il suffit de s’en inspirer pour créer sa propre méthode personnelle.

Réviser au jour le jour

Le rythme est très rapide en PACES comme durant toutes les années d’études de médecine. Le concours de médecine est réputé pour être très sélectif. Il est facile d’accumuler les retards dans les révisions. Or, étant donné le volume de données et d’informations à emmagasiner et à maîtriser, il est préférable de ne pas s’y prendre à la dernière minute, ce serait l’échec assuré. La réussite ne peut être assurée qu’au prix d’un travail acharné, d’une méthode efficace et d’une autodiscipline à toute épreuve.

S’entraîner à plusieurs

Être autonome, c’est bien. Mais il ne faut surtout pas s’isoler, car c’est un pari bien risqué. Le fait de réviser et de s’entraîner à plusieurs permet de se créer des liens sociaux indispensables pour un équilibre de vie et de poser des questions quand on ne comprend pas.

s'entraîner à plusieurs

Ne faire aucune impasse

Tous les cours en fac de médecine sont utiles et peuvent tomber aux examens. Il n’est donc tout simplement pas possible de réussir son projet en faisant l’impasse sur certaines matières en espérant combler avec de meilleures notes dans les autres.

Maintenir une bonne hygiène de vie

Cinéma, concert, spéctacle, sortie en famille, voir ses amis… il ne faut pas s’en priver sous prétexte que l’on est étudiant en médecine. Ces moments que l’on consacre à la détente, aux sports et aux loisirs sont aussi importants que les séances de révision jusqu’à 2 heures du matin ou les entraînements réguliers.

maintenir une hygiène de vie

Connaître ses limites

Lorsqu’on est jeune, on a tendance à penser que l’on est invincible, infatigable et imperturbable. Il faut savoir rester humble pour ne pas sous-estimer la difficulté. Il faut également éviter de travailler en excès au risque d’être contre-productif.

Se remettre en question, mais pas trop

Il n’est pas interdit de se remettre en question, mais il ne faut pas non plus rester dans le négatif ou le doute pendant un laps de temps trop long. Il ne faut pas hésiter à se faire aider pour pouvoir continuer à avancer coûte que coûte dans ce projet professionnel ou dans un autre.

Bon courage !