Entrepreneuriat

Lever des fonds en début de création d’entreprise…une grave erreur ?

Par Antoine Lavarec
22 octobre 2013
0 commentaires
levée de fonds

La levée de fonds est devenue dans l’esprit de beaucoup de personnes un passage obligatoire dans la réussite d’une startup. BFM TV intitulait d’ailleurs en août 2013, un de ses articles « Mastrad : annonce le succès d’une levée de fonds ». La notion de levée de fonds est très souvent associée à la notion de succès mais ce qu’il faut comprendre, c’est que lever des fonds n’est pas une fin en soi. Dans certains cas, ne pas lever de fonds peut aussi venir favoriser la réussite d’une start-up. Voici quelques pistes de réflexions sur le sujet.

5 raisons de ne pas lever des fonds

  1. Lever des fonds prend énormément de temps

Lever des fonds prend plusieurs mois, en général au moins 6 mois, plus souvent 9 mois. Pendant toute cette période, vous devrez passer énormément de temps à chercher des investisseurs et, tout ce temps-là, vous ne le passerez pas à développer votre startup et à trouver de nouveaux clients. Ce qui fait le succès d’une entreprise, c’est sa capacité à générer des profits, à avoir des clients… L’entrepreneur est un challenger, un aventurier, il a besoin d’être défié et paradoxalement certains entrepreneurs perdent de la motivation après une levée de fonds.

  1. L’argent tue la créativité

L’avantage de ne pas avoir beaucoup de fonds est que l’on va devoir être créatif pour trouver des moyens d’arriver à ses fins sans passer par son portefeuille. Or, la créativité et l’originalité est créatrice de valeur et peut faire la différence face à vos concurrents. Il suffit de voir la stratégie de communication de Michel et Augustin, au lancement de la société. Ils se sont efforcés de dépenser le moins possible et de trouver des moyens détournés de faire parler d’eux.

  1. Lever des fonds trop tôt peut vous amener à perdre de l’argent

Prenons l’exemple d’un lancement de site e-commerce. Admettons qu’au début de votre lancement, vous faites une levée de fonds pour développer un site internet impeccable et qui ressemble en tout point à votre cahier des charges. Il est beau et fait sérieux mais, au fil des mois, vous vous rendez compte qu’il ne correspond pas à vos besoins et qu’il faut le restructurer… A contrario, si vous aviez investi moins dans votre site car vous n’aviez pas de fonds, vous auriez sorti un MVP (Minimum Viable Product). Suite à cela, vous allez à la pêche aux feedbacks, recensez toutes les remarques de vos clients et une fois que vous savez exactement ce qui correspond à votre marché, et que vous avez déjà quelques clients, vous levez des fonds pour parfaire votre site internet. Il est donc conseillé de ne pas lever des fonds top tôt mais une fois que le business model est validé.

  1. Lever des fonds trop tôt peut même vous mener à la faillite

Emilie Gobin, co-fondatrice de L’usine à Design, explique dans une interview pour le Journal Du Net les raisons de la faillite de la société. Elle y exprime clairement l’erreur d’avoir levé des fonds trop tôt. « La première levée, c’était 1,6 million au bout de 6 mois. Avec le recul, c’était beaucoup trop et trop tôt. Très vite, on a été pris dans l’engrenage de la croissance, de la structuration, et on ne prenait plus le temps nécessaire pour s’interroger, tester, se remettre en question, car il fallait toujours « faire les objectifs » pour le reporting mensuel. C’était très court-terme comme approche. Au final, le socle n’était pas encore solide (positionnement, levier de croissance) lorsque nous avons bouclé la seconde levée… »

On comprend ici qu’un des problèmes a été de ne pas avoir complètement validé le business model. Ainsi il est fortement conseillé de lever des fonds qu’une fois que le business model est validé ce qui permet d’injecter des fonds directement dans une « machine qui marche ».

  1. Pas de levée de fonds oblige l’entrepreneur à aller chercher des clients et se pencher sur le commercial

Pour terminer, un autre avantage à ne pas lever de fonds est que cela oblige à trouver des clients pour se financer. Prospecter, c’est finalement tester le marché car on va à la rencontre de notre cible, on présente notre produit, on obtient des feedbacks. L’impératif du chiffre oblige l’entrepreneur à se concentrer sur la vraie création de valeur de son produit et la réponse à un besoin.

Conclusion

Cet article n’a pas pour objectif d’affirmer qu’une levée de fonds n’a pas de sens. Ce qu’il faut comprendre, c’est surtout qu’une levée de fonds n’est pas une fin en soi et des précautions doivent être prises pour qu’elle soit le plus profitable possible. Il faut donc bien réfléchir avant de se lancer dans un projet de levée de fonds car les conséquences sont nombreuses.

Auteur

Antoine Lavarec

Etudiant et fondateur Legal'easy

  • Abonnez-vous à notre newsletter

    Tous les lundis matin, recevez dans votre boîte mail les dernières infos de La Ruche !

Devenez contributeur !